•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau dinosaure tout droit sorti de l'enfer

Le fossile en compagnie du géologiste Peter Hews, l'homme qui l'a découvert.

Le fossile en compagnie du géologiste Peter Hews, l'homme qui l'a découvert.

Photo : Musée Royal Tyrrell

Radio-Canada

Son surnom de Hellboy (« le garçon de l'enfer ») ne lui a pas été attribué pour rien. Le Regaliceraptos peterhewsi, une nouvelle espèce de la famille des dinosaures à cornes, aura pris 10 ans pour faire sa grande entrée dans le monde de la paléontologie.

Le fossile a pris des années à être déterré de la roche.

Le fossile a pris des années à être déterré de la roche.

Photo : Musée Royal Tyrrell

Le crâne de cette nouvelle espèce a été trouvé en 2005 sur les bords de la rivière Oldman, dans le sud de l'Alberta. Le fossile de 1 m 60 de long a pris des années à extraire. La roche qui l'entourait était extrêmement dure et située sur une falaise très abrupte, régulièrement parcourue d'éboulements.

Pour compliquer encore les choses, la section de la rivière se trouvant au-dessous du lieu des fouilles est l'habitat du poisson emblème de l'Alberta, l'omble à tête plate. Aucun sédiment ou débris n'était autorisé à tomber dans l'eau.

« C'était une carrière d'enfer où travailler, » se remémore le docteur Caleb Brown du musée Royal Tyrrell, à Drumheller, en Alberta.

Le fossile vieux de 68 millions d'années a cependant prouvé qu'il valait toutes ces années de dur labeur.

Une recréation artistique de Hellboy.

Une recréation artistique de Hellboy.

Photo : Musée Royal Tyrrell

Si les paléontologues ont d'abord cru qu'il s'agissait d'une variation du fameux tricératops, ils se sont aperçus qu'il s'agissait en réalité d'une toute nouvelle espèce. Comme le personnage de bande dessinée, Hellboy avait deux courtes cornes au-dessus des yeux et la plus longue corne des dinosaures à corne sur le nez. Celle-ci mesurait 28 centimètres de long.

Tout aussi impressionnant, ce dinosaure avait une énorme collerette ornée de plaques d'os triangulaires qui protégeait son cou et ses épaules.

Même si la croyance populaire veut que ce mélange de corne et de bouclier ait servi aux animaux à se défendre, les paléontologues croient plutôt qu'ils servaient à impressionner le sexe opposé et les autres espèces de dinosaures.

« La collerette était en fait un panneau publicitaire pour ces animaux », a comparé Caleb Brown.

Le musée Royal Tyrrell qualifie la découverte comme la « plus impressionnante » depuis le tricératops. Les paléontologues trouvent rarement un crâne aussi complet, ce qui permet de voir à quoi le dinosaure a pu ressembler.

Le fossile est maintenant exposé au musée.

Découverte d'un nouveau dinosaure tout droit sorti de l'enfer

Avec les informations de La Presse canadienne

Alberta

Science