•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tour guidé du Montréal insalubre

Logement insalubre dans Côte-des-Neiges.

Logement insalubre dans Côte-des-Neiges.

Photo : Radio-Canada/Marie-Eve Maheu

Radio-Canada

Un an après l'adoption par l'administration Coderre d'un nouveau plan d'action contre l'insalubrité des logements, des comités de logement de Montréal déplorent que la situation ne s'améliore toujours pas. Ils ont  organisé une visite guidée du Montréal insalubre en autobus jeudi.

Un texte de Marie-Ève MaheuTwitterCourriel

Infiltration d'eau, moisissure, coquerelles, punaises : les quartiers diffèrent, mais les témoignages se ressemblent.

Selon le Regroupement des comités de logement et d'associations de locataires du Québec, des milliers de locataires vivent dans des conditions inhumaines un peu partout dans la métropole, pendant que les propriétaires demeurent majoritairement impunis. 

« Il y avait des moisissures cachées dans mon propre appartement, c'est ça qui me causait des problèmes de santé comme si j'avais la grippe, mais la grippe tout le temps », raconte Ricardo, qui a dû obtenir une lettre de son médecin et l'aide de son comité de logement local pour réussir à quitter son logement. Son propriétaire l'accusait de vouloir causer des problèmes. 

À défaut de pouvoir y entrer, des photos de l’intérieur des appartements ont été présentées pendant la visite guidée.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

À défaut de pouvoir entrer à l'intérieur des logements, des photos de l’intérieur des appartements ont été présentées lors de la visite guidée.

Photo : Regroupement des comités de logement et associations de locataires du Québec

Lioudmila, d'origine russe, a partagé son appartement avec des coquerelles et des punaises pendant des années. Son immeuble a finalement été vendu et la situation semble maintenant s'améliorer. 

Ricardo et Lioudmila ont participé au tour du Montréal insalubre pour que leurs voix soient entendues.

Leurs immeubles sont dans Parc-Extension, mais aucun quartier n'est épargné... Côtes-des-Neiges, Ahuntsic, Pointes-aux-Trembles, Saint-Léonard, etc. Chacun a ses histoires.

Même dans le secteur embourgeoisé de Villeray, une mère monoparentale, Jocye O'Neill, raconte avoir dû abandonner son logement après que des moisissures eurent rendu son fils malade.

Joyce O'Neill a quitté son logement en mars 2014. Un autre locataire y vit maintenant.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Joyce O'Neil a quitté son logement en mars 2014. Un autre locataire y vit maintenant.

Photo : Marie-Eve Maheu/Radio-Canada

« Ça n'a l'air de rien de l'extérieur, mais c'est pourri à l'intérieur », dit Véronique Houle, de l'Association des locataires de Villeray. Le locataire précédent avait lui-même fait une plainte à la Régie du logement pour moisissures.

L'arrondissement a finalement déclaré le logement impropre à l'habitation, mais un homme y vit toujours.

« Il faut qu'il y ait des stratégies beaucoup plus sévères au niveau des logements, parce que ça met la vie d'enfants en danger. Moi, je le fais pour mon fils et j'aimerais créer un précédent pour qu'à Montréal nos enfants puissent vivre en santé », dit Joyce.

Tournée du Montréal insalubre

La Ville trop conciliante?

Le Regroupement des comités de logements et des associations de locataires du Québec demande à la Ville de Montréal d'intervenir de manière plus musclée, notamment en imposant des amendes.

« Là, la Ville est plus dans une approche conciliatrice où elle émet des avis de non-conformité, comme des billets qui disent : ''vous êtes contre tel ou tel règlement'', estime sa porte-parole, Maude Bégin-Gaudette. La Ville a plein d'outils dans sa boîte. Elle doit juste les mettre en application. »

Difficile de dire combien de logements sont insalubres à Montréal. La Ville avait promis un portrait du problème pour cette année, portrait qui se fait toujours attendre. « Mais ce ne sont pas des cas isolés », insiste Maude Bégin-Gaudette.

Le maire Denis Coderre n'a pas voulu commenter, il promet toutefois une annonce dans le dossier la semaine prochaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Société