•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Objectif déficit zéro : 500 postes supprimés en trois mois

Le ministre Martin Coiteux, à Québec, le 4 juin

Le ministre Martin Coiteux, à Québec, le 4 juin

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

Le processus de diminution du nombre des employés de la fonction publique est sur la bonne voie, selon le président du Conseil du Trésor, Martin Coiteux, qui a présenté son premier dénombrement des employés.

En tout, 486 postes équivalant à du temps complet ont été supprimés parmi les employés de l'État entre le 1er janvier et le 31 mars 2015, une première étape vers l'objectif de diminution globale des effectifs de 2 %.

Le premier recensement des employés du gouvernement est le résultat de l'adoption du projet de loi 15 sur la gestion et le contrôle des effectifs de l'État dans tous les secteurs confondus, que ce soit les ministères, les sociétés d'État, les organismes et les réseaux du secteur public.

Projet de loi 15 en bref

L'Assemblée nationale a adopté en décembre dernier la Loi sur la gestion et le contrôle des effectifs des ministères, des organismes et des réseaux du secteur public ainsi que des sociétés d'État. Cette loi vise à assurer un dénombrement fréquent et régulier des effectifs par grandes catégories d'emploi pour l'ensemble de l'État, y compris les réseaux publics. L'initiative a notamment pour but de mieux contrôler les effectifs et la rémunération dans la fonction publique, les réseaux et la plupart des organismes publics.

« J'ai voulu savoir, à titre de président du Conseil du Trésor, combien l'État avait d'effectifs. Les fonctionnaires m'ont répondu qu'il était impossible d'obtenir ces données de manière uniforme et dans des délais raisonnables, particulièrement pour les réseaux. Comme toute organisation responsable, le gouvernement se devait de posséder de l'information à jour afin d'être en mesure de prendre de meilleures décisions de gestion », a déclaré le ministre Martin Coiteux en conférence de presse à Québec.

Ce nouvel outil est calculé en quantité d'heures travaillées en équivalent de temps complet (ETC) sur une base de 35 heures de travail par semaine. Les premières données pour la période du 1er janvier 2014 au 31 mars 2015 dénombrent 494 528 ETC. En calculant le nombre total d'employés, cela représente 591 823 salariés.

Vers une croissance nulle

En vue de l'atteinte de l'équilibre budgétaire pour 2015-2016, l'objectif du gouvernement est maintenant de surveiller le nombre d'employés pour s'assurer d'atteindre la croissance nulle.

Les données actuelles rapportent que les effectifs ont connu une hausse depuis le début de l'année dans les réseaux de la santé et de l'éducation de 136 ETC , puisqu'il s'agit de secteurs où les personnes n'étaient pas assujetties à la Loi sur la fonction publique. Cette hausse a cependant été compensée par une baisse de 662 ETC dans les ministères dont le personnel est assujetti à cette loi.

Même si les données étaient incomplètes avant le recensement, Martin Coiteux calcule que la croissance moyenne des effectifs de l'État était de 6250 ETC avant l'adoption des mesures du gouvernement libéral. « Les chiffres démontrent qu'un sérieux coup de barre a été donné, que la tendance est inversée et que le gouvernement a pris le contrôle de la situation », souligne le ministre.

Il ajoute que le gouvernement est sur la bonne voie pour atteindre son objectif d'ici la fin de l'année 2015.

Une fois l'objectif du déficit zéro atteint, M. Coiteux veut s'assurer que les dépenses n'augmenteront pas plus fréquemment que les revenus. Il compte maintenir un contrôle serré des effectifs. « On ne veut pas refaire les erreurs du passé et dire qu'on va signer quelque chose qu'on n'est pas capables de payer, puis aller augmenter les impôts des Québécois pour payer la facture. On ne fera plus ça. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Politique