•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le plus important acte de vandalisme de l'histoire du cimetière Saint-Charles

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Près de 200 pierres tombales et des monuments funéraires ont été renversés ou fracassés dans la nuit de mercredi à jeudi au cimetière Saint-Charles, le plus grand cimetière de Québec. L'événement est sans précédent pour un cimetière sur le territoire, dit le Diocèse de Québec.

Près de 200 pierres tombales et des monuments funéraires ont été renversés ou fracassés dans la nuit de mercredi à jeudi au cimetière Saint-Charles, le plus grand cimetière de Québec. L'événement est sans précédent pour un cimetière sur le territoire, dit le Diocèse de Québec.

Les lieux ont été découverts dans un état lamentable. De nombreuses pierres ont été saccagées. Des morceaux de granit jonchaient le sol près de certains monuments. Des socles d'un poids considérable ont été sortis de terre. Un caveau a aussi été ouvert.

L'abbé Pierre Gingras, président du conseil d'administration des cimetières Belmont et Saint-Charles, affirme que les employés font le tour du cimetière chaque jour et que les lieux étaient intacts la veille. Il s'étonne des dommages causés en peu de temps. 

Selon lui, il s'agit de l'oeuvre de plusieurs personnes en raison de la force déployée et de l'ampleur de la zone touchée.

« C'est l'énergie que ça a pris. Quand on parle d'un peu plus de 200 épitaphes, certains sortis de terre complètement... »

Le contremaître Robert Julien a été le premier ce matin à constater l'ampleur des dégâts. Il se désole lui aussi de l'étendue des bris dans la plus vieille partie du cimetière fondé au milieu du 19e siècle. Certains monuments détruits ont entre 75 et 100 ans.

« C'est décevant. C'est un patrimoine religieux et familial qui est ici et les gens s'attaquent à ça sans aucune raison, ça n'a aucun bon sens. »

Le Diocèse de Québec bouleversé

Le Diocèse de Québec dénonce fermement les actes de vandalisme perpétrés au cimetière Saint-Charles.

« Nous sommes troublés par les actes de vandalisme commis. [...] L'ampleur des dommages est sans précédent pour un cimetière à Québec », peut-on lire dans un communiqué envoyé aujourd'hui.

La zone touchée longe la rivière Saint-Charles à l'est du cimetière. Les familles concernées par les actes de vandalisme seront contactées et accompagnées par le cimetière Saint-Charles, fait savoir le diocèse.

Les familles devront payer pour remplacer ou remettre les pierres tombales en place. Toutefois, le directeur général du cimetière, François Chapedelaine, affirme que les autorités du cimetière feront tout en leur possible pour minimiser les coûts de ces opérations pour les familles qui ne seraient pas assurées.

Pas question de limiter l'accès

Malgré les tristes événements, l'abbé Gingras n'envisage pas renforcer la surveillance des lieux. Selon lui, l'accès doit demeurer libre.

« Je refuse de m'enfermer pour préserver la niaiserie des autres. Le cimetière, c'est un lieu public. On n'a pas de la peine de 9 h à 17 h [...] C'est un lieu qui doit être accessible, qui doit être respecté », dit-il.

Des familles mises au courant ont accouru sur les lieux. 

Le spectacle est difficile à voir, témoigne Lise Cloutier-Rhéaume dont la famille possède un lot sur ce cimetière depuis des décennies. « Ça me bouleverse par en-dedans, mais je vais retrouver la bonne humeur parce que je vais la faire arranger, la remettre sur place. »

Une plainte a été déposée à la police de Québec qui a ouvert une enquête. Les policiers espèrent retrouver sur place des empreintes digitales.

Le cimetière Saint-Charles est situé le long de la rivière Saint-Charles près de la rue Saint-Vallier.

Près de 200 pierres tombales et des monuments funéraires ont été renversés ou fracassés la nuit dernière au cimetière Saint-Charles, le plus grand cimetière de Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...