•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Exclusif

L'épouse de l'un des policiers abattus à Moncton se confie

Téléjournal/Midi, 29 avril 2010,

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Angela Gevaudan, épouse de Fabrice Gevaudan, l'un des gendarmes abattus à Moncton le 4 juin 2014, partage ses sentiments un an après les faits.

Le 4 juin 2014, un tireur a abattu les gendarmes Fabrice Gevaudan, Douglas James Larche et Dave Ross. Un suspect, Justin Bourque, a été arrêté. Il a ensuite reconnu sa culpabilité et il a été condamné à 75 ans de prison.

Dans une entrevue exclusive accordée à Radio-Canada Acadie, Mme Gevaudan explique son cheminement depuis la mort de son mari. Elle a toujours besoin de temps pour surmonter la douleur.

Je suis encore en train de digérer tout ça. Ça prend longtemps. Ce n'est pas quelque chose qui est facile. C'est quelque chose qui est nouveau. J'apprends des outils pour être capable de me rendre à un point où j'espère que je n'aurai plus de cauchemars, que je n'aurai plus de flash-backs, ces choses-là.

Une citation de :Angela Gevaudan

Angela Gevaudan ajoute que les 12 derniers mois ont été chargés. Elle s'est sentie blessée, elle a ressenti de la colère. Mais, ajoute-t-elle, il ne faut pas se laisser dominer par de tels sentiments.

« Il faut voir cela un peu comme un nuage. Il faut le laisser passer, le laisser aller, parce que si tu le laisses ronger en toi, habiter en toi, c'est ce qui va devenir de ta vie. Je pense que la vie est trop précieuse pour laisser ça arriver », explique Mme Gevaudan.

Dans l'entrevue ci-dessus, Angela Gevaudan parle de l'appui exprimé par la communauté, des émotions ressenties par elle et les épouses des deux autres gendarmes, et de ce que représente pour elle l'anniversaire de la tragédie.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.