•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Grand collisionneur reprend du service

Le grand collisionneur de hadrons

Le grand collisionneur de hadrons

Photo : CERN

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Grand collisionneur de hadrons (LHC) du CERN, l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire, a recommencé à produire des données liées à la physique pour la première fois en 27 mois.

Après un arrêt de près de deux ans et plusieurs mois de remise en service, le LHC fournit à présent des collisions pour toutes les expériences à l'énergie record de 13 TeV, soit près du double de l'énergie déployée au cours de la première période d'exploitation.

Au Centre de contrôle du CERN, l’équipe chargée de l’exploitation du LHC ainsi que des membres de la direction du CERN acclament l’annonce de faisceaux stables, ce matin à 10 h 40Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Au Centre de contrôle du CERN, l’équipe chargée de l’exploitation du LHC ainsi que la Direction du CERN acclament l’annonce de faisceaux stables, ce matin à 10 h 40.

Photo : CERN/Max Brice

Cette étape marque le début de la saison 2 du LHC, qui ouvre la voie à de nouvelles découvertes. Le collisionneur va fonctionner sans relâche pendant les trois prochaines années. Le CERN a dépensé l'équivalent de 187 millions de dollars canadiens pour l'améliorer.

L'appareil a précédemment permis de découvrir le boson de Higgs, une particule élémentaire qui a longtemps fait l'objet de théories sur la structure de l'univers, mais dont l'existence n'a été confirmée qu'en 2013.

Le directeur du CERN, Rolf Heuer, dit que les physiciens espèrent réaliser des découvertes qui résoudront d'autres mystères, comme celui de la matière noire.

La matière noire et l'énergie sombre composent l'essentiel de l'Univers, mais les scientifiques n'ont pas encore été en mesure de les voir. C'est pourquoi ils cherchent à les déceler à l'aide de collisions à haute vitesse de particules, au cours d'expériences menées à bord de la Station spatiale internationale ou dans des mines très profondes.

Le LHC se trouve dans un tunnel de 27 kilomètres situé sous la frontière entre la France et la Suisse. Il envoie maintenant des protons se fracasser les uns contre les autres à 13  000 milliards d'électronvolts.

Une vue aérienne des installations du CERNAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une vue aérienne des installations du CERN

Photo : CERN

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !