•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’heure des bilans a sonné pour Marie-France Kenny

Marie-France Kenny, présidente de la FCFA

Marie-France Kenny, présidente de la FCFA

Photo : ICI Radio-Canada/Cory Herperger

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après trois mandats à la présidence de la Fédération des communautés francophones et acadienne, Marie-France Kenny cédera sa place le 6 juin prochain. Elle trace un bilan positif de son passage.

Un texte de Mireille LavoieTwitterCourriel

Elle souligne le travail d'équipe exceptionnel à la Fédération, avec le bureau de direction et le conseil d'administration. « Une belle solidarité », souligne Mme Kenny.

En entrevue avec Stéphanie Allard, du Téléjournal Saskatchewan, Mme Kenny a affirmé que le commissaire aux langues officielles doit utiliser tous les moyens à sa disposition pour faire respecter la Loi sur les langues officielles. La présidente sortante de la FCFA concède que le commissaire n'a pas le pouvoir d'imposer des amendes, mais qu'il peut aller en cour quand il y a des manquements importants et elle est d'avis qu'il devrait se prévaloir de tous ses outils pour arriver à ses fins.

Marie-France Kenny a aussi partagé son impatience quant au dossier de l'immigration francophone. Le fédéral demande de patienter, selon elle, et lui dit qu'une annonce est imminente, soit avant la fin du printemps. « Le printemps achève, on espère que l'annonce va venir », lance Mme Kenny.

Marie-France Kenny parle du dossier de l'immigration francophone

Si c'était à refaire, je le referais sans hésiter [être à la présidence de la FCFA]. J'ai [visité] toutes les provinces, et les territoires [...] Il n'y a pas un endroit qui ne m'a pas marquée.

Une citation de :Marie-France Kenny

« J'aime la politique, je veux continuer à en faire, mais je veux continuer à en faire en tentant d'influencer les politiques publiques », conclut Marie-France Kenny.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario