•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une famille de Cantley dit subir les contrecoups des compressions à la CSD

Les explications de la journaliste Nathalie Tremblay
Radio-Canada

Les commissions scolaires et le gouvernement du Québec répètent que les services aux élèves doivent être épargnés par les compressions budgétaires. Pourtant, une famille de Cantley soutient qu'elle subit déjà les effets des décisions prises à la Commission scolaire des Draveurs (CSD).

Loïc et Logan sont deux frères jumeaux âgés de 6 ans. Ils sont atteints de dysphasie sévère, de dyspraxie et de trouble déficitaire de l'attention.

Les jumeaux Loïc et Logan.Les jumeaux Loïc et Logan. Photo : Radio-Canada/courtoisie

Leurs parents ont appris qu'un seul des deux garçons, Loïc, aura une place dans une classe spécialisée en septembre, lorsqu'il commencera sa première année.

Il se trouve qu'il n'y a pas de place pour Logan qui intégrera une classe normale, avec l'appui d'un technicien en éducation spécialisé (TES). Mais la durée de présence de ce dernier auprès du garçon a été ramenée de 10 heures à 15 heures par semaine.

Le système ne fonctionne pas. Ça devrait être une chance égale pour chaque enfant. Ces enfants-là, c'est de leur avenir dont il est question, et pas l'avenir de la personne qui a pris cette décision. C'est l'avenir de l'enfant qui n'aura pas les outils nécessaires en ce temps de compression.

Véronique Hallahan Pilot, la maman des garçons

La famille a pourtant l'appui de l'école et des experts de l'établissement. L'orthopédagogue, le psychologue et les TES, qui ont travaillé avec les jumeaux quand ils étaient en maternelle, recommandent une aide beaucoup plus soutenue.

Cette situation est invivable pour les parents qui ont l'impression de subir un lourd revers, après tous les efforts auxquels ils ont déjà consenti.

« On travaille pour nos enfants, on veut les appuyer, on veut leur donner le plus de ressources possible. Puis rendu là, c'est le système qui nous laisse tomber, déjà que le système est très difficile », déplore Véronique Hallahan Pilot, la maman des garçons.

La CSD nie l'effet des compressions

La Commission scolaire des Draveurs n'a pas accordé d'entrevue à Radio-Canada, mais une porte-parole indique que chaque enfant est évalué individuellement, en fonction de ses besoins.

Véronique Hallahan Pilot, la maman des jumeaux Loïc et Logan.Véronique Hallahan Pilot, la maman des jumeaux Loïc et Logan. Photo : Radio-Canada

Dans ce cas-ci, il a été déterminé que l'un des deux enfants a un diagnostic plus sévère, donc c'est pour cela qu'il a une place dans une classe spécialisée.

La CSD assure que la situation n'est pas la conséquence des compressions d'un montant de 2,6 millions de dollars, qui ont été annoncés en avril et qui touchent particulièrement les mesures de soutien aux élèves ayant des besoins spéciaux.

Véronique Hallahan Pilot dit qu'elle a posé la question à la CSD et elledit qu'on lui a affirmé le contraire. Elle soutient qu'elle se bat aujourd'hui pour ses fils, mais aussi pour tous les enfants qui vivent cette situation.

D'après un reportage de Nathalie Tremblay

Ottawa-Gatineau

Éducation