•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Priorités à Québec : pas d'engagement ferme des partis fédéraux

Le projet Beauport 2020 est évalué à 190 millions de dollars.

Le projet Beauport 2020 est évalué à 190 millions de dollars.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les principaux partis fédéraux montrent une certaine ouverture aux priorités établies par le maire de Québec en vue de la campagne électorale, mais ne prennent pas d'engagement ferme à réaliser les quatre projets évalués à 205 millions de dollars.

« Le message lancé par monsieur le maire et les gens de la région de Québec est très bien entendu par notre gouvernement. Plusieurs de ces dossiers sont en voie de réalisation », a souligné Denis Lebel, ministre de l'Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, lors d'un passage à Valcartier lundi.

Le ministre indique que le projet d'agrandissement du port de Québec est « en analyse » et que des réponses viendront « ultérieurement ».

En ce qui concerne le centre de prédédouanement à l'aéroport international Jean-Lesage, Denis Lebel estime que la présence de représentants de Transports Canada lors d'une visite d'experts américains à Québec ce printemps montre le « sérieux » de son gouvernement dans le dossier.

« Pour nous, c'est un positionnement qui est clair. On l'a démontré par la présence, maintenant on travaille avec les Américains pour l'avancement du dossier. »

Le Nouveau parti démocratique donne aussi son appui au centre de prédédouanement et se montre ouvert au financement de projets liés à la recherche scientifique.

« C'est sûr que tous les projets en recherche, en innovation, il va falloir s'intéresser à ça de près. On sait que Québec, c'est une ville qui a comme phare l'Université Laval, qui possède un grand bassin de chercheurs », souligne la députée néodémocrate de Québec, Annick Papillon.

Pour le NPD, le projet d'agrandissement du port serait « conditionnel » à l'acceptabilité sociale et aux résultats des évaluations environnementales.

Le candidat libéral Jean-Yves Duclos, qui se présente contre Annick Papillon dans la circonscription de Québec, estime qu'il s'agit de « très bonnes demandes » qui s'inscrivent directement dans le programme de son parti.  

« Le Parti libéral n'arrête pas de répéter qu'il faut absolument investir dans l'avenir, dans les infrastructures, dans la recherche, dans l'innovation, dans le développement, dans l'éducation, à l'Université Laval, incluant toutes les grandes infrastructures, comme le port et l'aéroport. »

Études d'impact

Le Conseil régional de l'environnement de la Capitale nationale, qui est membre du comité de relations avec la communauté du Port, a pris connaissance du projet d'expansion juste avant les médias lundi matin.

Le directeur général Alexandre Turgeon estime que pour l'instant les détails sont insuffisants pour prendre position sur l'impact des éventuelles installations. Il aimerait consulter les études réalisées par le Port pour connaître les effets des nouvelles activités sur le milieu aquatique et les quartiers environnants notamment, mais celles-ci ne sont pas encore rendues publiques.

Il voit néanmoins d'un bon oeil l'engagement du Port d'entreposer le vrac sous couvert et le réaménagement de la baie de Beauport.

L'aménagement d'une piscine, d'un quai des pêcheurs et d'un observatoire à la plage réjouit d'ailleurs le gestionnaire du site, Gestev. « C'est juste du positif pour nous », affirme le directeur général Philippe Laperrière.

L'aménagement du quai des pêcheurs permettra aussi d'enclaver la plage et de réduire son érosion.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !