•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Québec et l'Ontario créent un comité de gestion de l'eau 

Le lac Témiscamingue
Le lac Témiscamingue (archives) Photo: Claude Bouchard

Les ministres de l'Environnement du Québec et de l'Ontario unissent leurs efforts et créent un comité de gestion de l'eau pour leurs cours d'eau mitoyens.

La rivière des Outaouais, le fleuve St-Laurent, les Grands Lacs de même que le lac Abitibi et le lac Témiscamingue feront l'objet d'une meilleure surveillance. Cette nouvelle collaboration se fera sans investissements supplémentaires, à même les ressources des deux ministères.

C'est de mettre en commun les ressources qui existent déjà.

David Heurtel, ministre québécois du Développement durable et de l'Environnement

« C'est un premier pas vers une vision intégrée Québec/Ontario de la gestion des eaux. Ce comité-là va définir au fur et à mesure les différents champs d'intervention », a déclaré le ministre québécois du Développement durable et de l'Environnement, David Heurtel.

Selon lui, la qualité de l'eau et l'impact des changements climatiques sur les eaux feront partie des points qui seront surveillés conjointement.

Le comité travaillera également à encourager les recherches scientifiques réalisées par les deux provinces.

L'annonce a été faite, vendredi, dans le cadre du premier Sommet sur la rivière des Outaouais, où plus de 200 personnes étaient réunies pour trouver le moyen de mieux protéger l'eau et la biodiversité.

L'événement s'est poursuivi samedi à Gatineau, alors que les organisateurs ont lancé un hackathon ayant pour thème la préservation de la rivière des Outaouais.

Des équipes de programmeurs et de designers se sont penchées sur des enjeux liés à la préservation du cours d'eau, et ont présenté des applications développées au cours des dernières semaines qui mettent la technologie au service de la rivière des Outaouais.

Abitibi–Témiscamingue

Environnement