•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du lait maternel offert sur un site de petites annonces

Photo : iStock / © Eneri LLC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une mère de Sherbrooke a recours à un site de petites annonces pour offrir son lait maternel à d'autres mamans dans le besoin.

Un texte de Marie-Claude Lyonnais TwitterCourriel

Candy Désainde a accouché récemment, mais elle n'est pas en mesure d'allaiter son bébé. Malgré cela, la production va bon train et depuis des mois, elle entasse les sacs de lait maternel dans son congélateur.

Soucieuse de ne pas gaspiller cette ressource, elle souhaitait en faire profiter un autre poupon. Elle a publié une petite annonce en ligne, et ses sacs de lait ont rapidement trouvé preneur.

« Ça m'a beaucoup surpris, je ne m'attendais pas à avoir autant de visites. »

Internet n'était toutefois pas sa première option. Mme Désainde s'est d'abord adressée à la banque publique de lait maternel, une ressource mise en place par Héma-Québec il y a un an, pour venir en aide aux mères de grands prématurés ne pouvant pas allaiter. Le programme est administré en hôpitaux et le lait est offert dans sept établissements dont le CHUS-Fleurimont.

Les critères de sélection sont très stricts, et Candy Désainde ne répond pas aux exigences, parce qu'elle n'a pas accouché à Montréal. « J'ai accouchée ici au CHUS de Sherbrooke. Il était hors de question pour eux de prendre mon lait, même s'il était bon. »

Critères de sélection pour les donneuses de lait

Pour pouvoir donner, les mères doivent notamment :

  • être en santé
  • allaiter leur bébé et avoir une surproduction de lait
  • être non-fumeuses
  • Se soumettre à une analyse sanguine pour le dépistage du virus du SIDA (VIH),d''hépatite B, d'hépatite C et la syphilis, entre autres.

Il faut aussi avoir accouché dans l'un des centres hospitaliers suivants :

  • Centre hospitalier St. Mary
  • CHU mère-enfant Sainte-Justine
  • Hôpital Royal Victoria
  • Centre mère-enfant du CHUQ
  • Hôpital de la Cité-de-la-Santé de Laval
  • Centre hospitalier de LaSalle
  • Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal
  • Hôpital général du Lakeshore

Le lait recueilli est soumis à des analyses biochimiques afin de déterminer sa valeur nutritionnelle. Le lait est aussi pasteurisé afin d'éliminer les virus et les bactéries.

Source : Héma-Québec

J'ai eu envie de leur dire que leurs conditions étaient vraiment stupides, de ne pas prendre partout au Québec du lait de mamans qui peuvent produire, pour aider d'autres mamans qui ne peuvent pas produire.

Candy Désainde

Héma-Québec exige que les donneuses aient accouché dans un de ses huit établissements hospitaliers affiliés, tous situés à Montréal ou Québec, et que la mère se soumette à un questionnaire de santé et à une analyse sanguine. Depuis la création de cette banque, 670 mères donneuses se sont inscrites au programme (données en date du 31 mars 2015). 

« Ce groupe-là, pour l'instant, nous permet de répondre à la demande » explique Laurent-Paul Ménard, porte-parole d'Héma-Québec. « Est-ce qu'on va étendre éventuellement, ça reste à déterminer, mais le besoin n'est pas là pour l'instant. »

Pourtant, plusieurs mamans aimeraient que le CHUS-Fleurimont s'associe à la banque de lait maternel d'Héma-Québec. Catherine Grenier, maman du petit Philémon, 10 semaines, a connu des difficultés d'allaitement et aurait fait appel à ce type de banque pour nourrir son fils. Toutefois, elle n'aurait pas pris le lait offert sur un site de petites annonces.

« Ce n'est pas quelque chose que j'aurais eu confiance. Parce que oui, je suis sûre que les mères sont pleines de bonne volonté, mais le lait n'est pas testé. On ne peut pas savoir s'il est porteur de maladies. Comme du sang, on n'irait pas sur les petites annonces pour un don de sang. »

Je trouve ça plate qu'il ne puisse pas y avoir un système pour qu'il puisse y avoir un échange...de façon sécuritaire entre ceux qui en ont trop et ceux qui en ont besoin

Catherine Grenier, maman de Philémon, 10 semaines

Andréanne Desloges, mère d'Océane, 18 mois, estime également qu'il est plus que temps qu'un tel service soit offert dans la région.

« Pour que les mamans puissent donner leur lait et que ce soit accessible, pour ne pas qu'on ait à aller accoucher à Montréal nécessairement pour pouvoir donner notre lait [...] Le fait que ça passe par Héma-Québec, ça me rassurerait. Sur Kijiji, je n'en prendrais pas. »

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Du lait maternel offert sur un site de petites annonces

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !