•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des voix s'élèvent pour dénoncer le sexisme qui régnerait à Hollywood

Reese Witherspoon a donné naissance jeudi à son troisième enfant et l'a nommé en hommage à un endroit cher à son coeur, Tennessee James.

Photo : Joel Ryan

Radio-Canada

Des réalisatrices qui se disent victimes de discrimination, le nombre restreint de premiers rôles pour les femmes, les salaires des comédiennes qui baissent avec l'âge et qui sont moindres que ceux des comédiens...

De plus en plus de femmes de l'industrie du cinéma américain dénoncent le sexisme qui serait omniprésent à Hollywood.

La semaine dernière, en plein Festival de Cannes, Jane Fonda se plaignait de l'iniquité salariale, tandis que Maggie Gyllenhaal révélait s'être fait refuser un rôle à cause de son âge. Aux Oscars, Patricia Arquette plaidait pour l'équité salariale entre les hommes et les femmes.

Pour voir la vidéo sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre)

Par ailleurs, un rapport du Centre d'études sur les femmes à la télévision de l'Université de San Diego souligne que les femmes n'ont obtenu que 12 % des premiers rôles des 100 films les plus payants aux États-Unis en 2014.

Dans une récente entrevue, Denis Villeneuve soulignait qu'il avait été difficile d'obtenir du financement pour Sicario, car le personnage principal de ce film était une femme.

Les réalisatrices demandent du changement

Comme un nombre grandissant d'actrices, plusieurs réalisatrices montent aux barricades. Catherine Hardwicke, qui a signé le premier Twilight, a confié au magazine The Frame qu'après son succès, elle s'attendait à recevoir les mêmes privilèges que les hommes. C'est-à-dire avoir des contrats, un bureau ou une voiture. « Au final, je n'ai rien reçu, à part un mini-cupcake. »

Sarah de Gaudemar, qui travaille dans le domaine du dessin animé, mentionne que c'est toute l'industrie du divertissement est concernée.

« Les hommes qui dirigent les studios ne se rendent pas compte qu'il y a un problème. Ils associent juste telle position hiérarchique à un homme. Quand une femme arrive dans l'équation, elle n'est pas traitée de la même façon », ajoute-t-elle.

La réalisatrice Becky Smith, qui enseigne à la UCLA School of Theatre, Film and Television, va dans le même sens. « Ce n'est pas clairement formulé, mais il y a une perception selon laquelle les hommes sont plus à même de gérer une grosse équipe et d'avoir une conversation technique, ou qui veut que les femmes pleurent sur les plateaux. Ce qui est totalement faux. »

Pour renverser la vapeur, certaines comédiennes prennent leur destin en main. Reese Witherspoon a fondé sa maison de production pour donner des premiers rôles aux femmes. Elle a d'ailleurs coproduit Gone Girl et Wild.

Tous ne sont par contre pas du même avis. « Nous voyons beaucoup de films à succès avec des femmes dans le rôle-titre », remarque Paul Dergarabedian, analyste de Rentrak, société spécialisée dans la mesure des entrées en salle.

Il souligne que Maléfique, avec Angelina Jolie, et Lucy, avec Scarlett Johansson, ont eu du succès l'an dernier. Même chose pour le film Mad Max, avec Charlize Theron.

Avec les informations de Agence France-Presse

Cinéma

Arts