•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

UQTR : nombreuses réactions au départ de Nadia Ghazzali

Radio-Canada

Les réactions sont nombreuses depuis l'annonce du départ de la rectrice de l'Université du Québec à Trois-Rivières, Nadia Ghazzali.

Il y a des gens qui se réjouissent, tandis que certains autres sont déçus.

L'Association générale des étudiants se dit même choquée. Elle estime que ses relations avec l'administration s'étaient améliorées depuis l'arrivée de Nadia Ghazzali. « On ne dit pas que ce n'est pas préoccupant. Il y a eu des erreurs en effet. Mais on croit qu'il y a plusieurs personnes qui sont impliquées. Dans une administration, il n'y a pas seulement la rectrice, il y a le secrétaire général qui est là pour vérifier que tout se fait bien dans la légalité, il y a aussi le conseil d'administration qui a vérifié et qui a fait son travail », affirme Jean-René Leblanc-Gadoury, président de l'association générale des étudiants.

Pour certaines personnes qui s'étaient ouvertement opposées à la gestion de la rectrice, son départ constitue un soulagement. Elles disent que ça va permettre de passer à une étape plus positive.

« Il y a quand même eu un rapport de Raymond Chabot qui était assez sévère. Ça faisait quand même un an qu'elle était en fonction à ce moment-là. Elle a eu l'occasion de corriger un certain nombre de choses qui étaient soulevées dans ce rapport-là. Et malheureusement ça ne semble pas que c'est le cas puisque la vérificatrice générale a fait sensiblement les mêmes constats et plus », soutient Normand Shaffer, l'ex-registraire de l'UQTR, qui est d'avis que le départ de Nadia Ghazzali était nécessaire.

L'ex-vice-recteur Martin Gélinas a réagi par courriel. Lui aussi a eu des conflits avec la rectrice. Selon lui, le départ de Nadia Ghazzali s'imposait. Il souhaite maintenant que la communauté universitaire puisse « rebâtir ce qui a été démoli ».

Mauricie et Centre du Québec

Société