•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement fédéral abolit la « taxe tampon »

Des tampons

Des tampons

Photo : iStock / iStockPhoto

La Presse canadienne

La taxe fédérale sur les tampons et les serviettes hygiéniques sera abolie le 1er juillet. Le ministre des Finances, Joe Oliver, a déposé jeudi un avis de motion de voies et moyens afin d'officialiser le tout.

En vertu de cette motion, la taxe sur les produits et services (TPS) de 5 % ne s'appliquera donc plus aux serviettes hygiéniques, tampons, ceintures hygiéniques, coupelles menstruelles et autres produits semblables dès juillet, a-t-on confirmé au ministère.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) revendique haut et fort la victoire dans ce dossier, que certains de ses députés portaient depuis un certain temps.

On s'attendait à ce que la mesure se retrouve dans le budget déposé le 21 avril dernier par le ministre Oliver, mais ce ne fut pas le cas.

Le NPD avait donc continué à talonner le gouvernement après le dépôt du budget fédéral, réussissant même à rallier les députés conservateurs à sa cause en faisant adopter une motion à la Chambre des communes le 11 mai dernier.

« C'est un gain pour les femmes et pour les personnes qui ont des menstruations au Canada et au Québec, ça, c'est clair », s'est réjouie la porte-parole du parti en matière de condition féminine, Mylène Freeman.

C'est une taxe qui était injuste, ça visait vraiment une population en particulier.

Mylène Freeman, porte-parole du NPD en matière de condition féminine

La ministre d'État Michelle Rempel n'a pas voulu préciser pour quelle raison le gouvernement avait décidé de reporter cette annonce à plus tard plutôt que de l'inclure dans le budget.

« Je pense qu'il s'agit tout simplement d'une décision positive pour les Canadiennes, et cela s'inscrit dans la lignée du bilan [fiscal] de notre gouvernement », s'est contentée de déclarer la députée albertaine.

Et la taxe québécoise?

Les produits hygiéniques menstruels sont toujours assujettis à la taxe de vente du Québec (TVQ), dont le taux est actuellement fixé à 9,975 %.

Le ministère québécois des Finances n'a pas précisé, jeudi, s'il avait l'intention d'emboîter le pas et d'éliminer lui aussi sa « taxe tampon ».

« L'annonce du fédéral vient d'être faite, de notre côté on va prendre le temps d'analyser le tout », a écrit dans un courriel Andrée-Lyne Hallé, l'attachée de presse du ministre Carlos Leitao.

À Ottawa, on prévoit que cette mesure privera le Trésor fédéral d'environ 25 millions de dollars annuellement, selon Stephanie Rubec, porte-parole au ministère des Finances.

Le mouvement revient grâce à d'autres pays

L'abolition de la taxe sur ces produits féminins était réclamée depuis des années par des opposants qui jugeaient discriminatoire l'imposition d'une taxe sur un produit essentiel pour les femmes.

Le mouvement d'opposition est revenu à l'avant-scène cette année avec la mise en ligne d'une pétition qui a été signée par plus de 74 000 internautes.

L'instigatrice de cette pétition, Jill Piebiak, s'est dite « complètement renversée » par cette « immense victoire » en entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne.

La Torontoise a mentionné s'être inspirée de campagnes similaires menées en Grande-Bretagne et en Australie, qui ont toutes deux attiré l'attention médiatique.

« Notre objectif initial était de recueillir 50 000 signatures, nous en avons eu 74 000. Puis, le NPD a fait adopter une motion, et nous voici avec cette annonce! » a-t-elle lancé.

Le débat sur la « taxe tampon » fait actuellement rage dans plusieurs pays, dont la Grande-Bretagne, la France et l'Australie.

Face à la pression populaire, le ministre australien des Finances, Joe Hockey, a signalé au cours des derniers jours qu'il envisageait son abolition.

Politique