•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Alberta sera en récession cette année, dit le Conference Board

Un puit de pétrole près de Calgary

Un puit de pétrole près de Calgary

Photo : Todd Korol / Reuters

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Malgré la stabilisation des prix du pétrole, l'Alberta n'échappera pas à un recul de sa croissance en 2015, conclut le Conference Board du Canada dans ses prévisions économiques printanières.

Un texte de Tiphanie RoquetteTwitterCourriel

L'organisation prévoit que le produit intérieur brut de la province diminuera de 0,7 % en 2015, un recul plus modéré que celui qui avait été observé lors de la crise financière de 2008-2009.

« La performance économique de l'Alberta sera décevante cette année et l'année prochaine, en comparaison des années précédentes », a affirmé la directrice aux prévisions provinciales, Marie-Christine Bernard. « Les prix du pétrole demeurent en dessous des niveaux nécessaires pour que la plupart des nouveaux projets pétroliers soient profitables, et ces conditions ne devraient pas changer avant l'année prochaine. »

Le Conference Board appuie son analyse sur la chute du nombre de forages. Pendant l'hiver, les forages ont diminué de 44 % par rapport à la même période l'année précédente. Selon l'organisation, cette baisse d'activité se traduit par une perte d'environ 24 000 emplois dans les secteurs de la construction et des mines.

Le rapport du Conference Board offre toutefois des bribes d'optimisme. Le marché de l'emploi en dehors du secteur énergétique continue de bien se porter, dit l'organisme. Le taux de chômage devrait ainsi se stabiliser à 5,6 %, à un point de pourcentage au-dessus des années précédentes.

Selon ces prévisions, la croissance devrait reprendre en 2016 de façon modérée, autour de 1,1 %.

Le Conference Board note toutefois que son rapport ne prend pas en compte le changement de gouvernement en Alberta (Nouvelle fenêtre), parce que les politiques néo-démocrates n'ont pas encore été dévoilées. Les finances de la province seront cependant mal en point, selon l'organisme, à cause de la baisse des revenus provenant des redevances énergétiques et de l'impôt sur les entreprises. La première ministre Rachel Notley a ainsi souligné mercredi que les problèmes financiers pourraient être plus importants que prévu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !