•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accoucher sous hypnose

Marie-Mélie Pépin et son conjoint Guillaume Marchand avec l'accompagnante à la naissance Geneviève Boileau

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

De plus en plus de Québécoises accouchent sous hypnose. Loin de générer les effets loufoques observés dans les spectacles de Messmer, cet état profond de détente permet à certaines de traverser l'accouchement presque sans douleur.

Ce fut le cas de Marie-Mélie Pépin, mère de deux enfants. « Vu que le premier accouchement s'était bien passé, on s'est dit pourquoi ne pas essayer une alternative plus douce que le travail où on se fait dire pousse, pousse, pousse. »

Son conjoint, d'abord septique, a dû admettre que la méthode semble porter ses fruits. « De temps en temps, entre les contractions, elle dormait. C'était l'fun, elle était relax », raconte Guillaume Marchand, qui a vu sa conjointe accoucher dans le calme, sans épidurale.

De plus en plus d'accompagnantes à la naissance enseignent l'accouchement sous hypnose. Il existe même des formations d'autohypnose, sous forme de CD. Il s'agit d'une méthode naturelle reconnue par le Collège des médecins du Québec et que plusieurs recommandent à leurs patientes.

« Si l'anesthésiste est pris en césarienne avec une patiente qui saigne, ça se peut qu'on ne le voie pas pour deux heures, explique la médecin Julie Choquet. Donc même pour les gens qui veulent une épidurale, c'est intéressant de pouvoir utiliser des méthodes alternatives pendant une partie du travail. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Santé