•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Coudonc, j'ai-tu l'air d'une morte vivante? » : deux générations discutent du Bloc québécois

Catherine Fournier, candidate du Bloc dans Montarville et Louis Plamondon, député du Bloc dans Bas-Richelieu—Nicolet—Bécancour

Catherine Fournier, candidate du Bloc dans Montarville et Louis Plamondon, député du Bloc dans Bas-Richelieu—Nicolet—Bécancour

Photo : Thomas Gerbet

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Catherine Fournier avait trois ans lors du référendum de 1995. Louis Plamondon est le plus vieux député de la Chambre des communes à Ottawa. Ces deux générations de candidats ont accepté de s'asseoir autour d'un café, à Sainte-Julie, pour jaser de l'état du Bloc et de son avenir. Compte rendu.

Un reportage de Thomas GerbetTwitterCourriel
  • Catherine Fournier, 23 ans, diplômée en économie, candidate du Bloc dans Montarville
  • Louis Plamondon, 71 ans, député du Bloc depuis 1990, élu pour la première fois en 1984 dans Bas-Richelieu—Nicolet—Bécancour

Les leçons de la défaite

Louis Plamondon a très mal vécu les dernières élections fédérales de 2011, quand le Bloc est passé de 49 députés à 4. Il n'en reste que deux aujourd'hui, dont lui. Pour Catherine Fournier, la défaite a été le déclencheur de son implication.

Pour consulter la vidéo sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre)

Catherine Fournier croit que le Bloc a encore sa raison d'être. « Couconc, j'ai-tu l'air d'une morte vivante? », demande-t-elle à ceux qui lui disent qu'elle perd son temps dans un parti fini. « On a 20 000 membres, clame Louis Plamondon. Le NPD n'en a pas 5000, les conservateurs n'en ont pas 2000. »

L'appui à l'indépendantisme et les jeunes

Pour consulter la vidéo sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre)

Le chef Mario Beaulieu

Les deux candidats se plaignent que le Bloc soit « négligé » par les médias. Leur chef Mario Beaulieu, investi candidat dimanche, est encore méconnu, déplore Catherine Fournier. « Il travaille fort pour s'améliorer », assure Louis Plamondon.

Pour consulter la vidéo sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre)

Les élections du 19 octobre

Le scrutin de l'automne sera « une bataille pour la classe moyenne », croit Louis Plamondon. Le vétéran de la Chambre des communes explique que le Bloc présentera un programme électoral sous forme de liste de revendications à Ottawa. « Avec un éventuel gouvernement minoritaire, on a beaucoup de chances de faire passer nos projets », affirme-t-il.

Quand tu es en bas de 30% [dans les sondages], n'importe quoi peut arriver. Et les quatre partis [PCC, PLC, NPD, BQ] sont en bas de 30% 

Une citation de :Louis Plamondon, député et candidat du Bloc

« La division du vote qu'il va y avoir cette année va probablement jouer en notre faveur », analyse Catherine Fournier. « Maintenant, les campagnes changent tout et l'électorat est de plus en plus volatil », ajoute Louis Plamondon. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !