•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pont Grassy Narrow : un pan d'histoire part en fumée

Un incendie a détruit une partie des ruines du pont de Grassy Narrow, situé dans la municipalité de Moffet au Témiscamingue

Un incendie a détruit une partie des ruines du pont de Grassy Narrow, situé dans la municipalité de Moffet au Témiscamingue

Photo : Facebook : Jack Hill

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un incendie a détruit une partie des ruines du pont de Grassy Narrow, dans la municipalité de Moffet au Témiscamingue, samedi. 

Les citoyens ont alerté les pompiers peu après 16 h, mais le feu n'a été maîtrisé que tard dans la soirée.

Un pan d'histoire

Pour la citoyenne Thérèse Boulay, qui était sur les lieux lors de l'incendie, c'est une partie de l'histoire de Moffet qui est partie en fumée. 

« Ce n'était pas la plus belle affaire à voir, mais c'était le restant du pont qui nous restait. [Il y a] beaucoup de monde qui ont été très, très affectés par ça. Ça fait partie de l'histoire de Moffet. Et là l'histoire est partie. Elle est partie en feu, illustre la dame. Ça touche beaucoup le monde de Moffet. Il y a beaucoup de monde qui venait juste pour visiter le pont, mais là on n'a plus de pont. »

Architecture unique

Le pont a été construit durant les années 1940 pour relier Moffet à Rouyn-Noranda. Mais la route n'a jamais été construite puisqu'une grande partie du pont a été détruite par le feu en 1983.

Selon le président de la Société d'histoire du Témiscamingue, le pont de Grassy Narrow était une structure unique en son genre. « C'était un pont avec une architecture très, très spéciale. On n'en retrouvait pas beaucoup au Québec. Et je me demande même si ce n'est pas une architecture assez unique avec les croix de Saint-André pour soutenir le pont, s'interroge Jean-Yves Parent. C'était une architecture très unique. On avait d'ailleurs dû [le] surélever au milieu pour pouvoir laisser passer les bateaux qui transportaient le bois sur la rivière. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !