•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Labeaume montre du doigt les anciens actionnaires des Nordiques

Le maire Labeaume au Colisée Pepsi

Le maire Labeaume au Colisée Pepsi

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À l'occasion du 20e anniversaire de la vente des Nordiques, le maire de Québec décoche plusieurs flèches à l'endroit de Marcel Aubut. En marge du tournoi de la Coupe Memorial au Colisée Pepsi, Régis Labeaume a affirmé que la vente aurait pu être évitée le 25 mai 1995.

« Ils n'auraient jamais dû partir [...] Je n'ai jamais cru que le départ de Nordiques était inévitable », a lancé Régis Labeaume dimanche après-midi.

« Je l'ai encore sur le cœur! »

— Une citation de  Régis Labeaume, maire de Québec

Selon le maire de Québec, Me Aubut et les actionnaires de l'époque ont voulu « passer à la caisse » en vendant les Nordiques à un groupe de Denver, au Colorado.

Le maire Labeaume estime qu'il n'y a pas eu de volonté de la part de Marcel Aubut et des actionnaires pour conserver l'équipe et plaider sa survie auprès des autorités publiques.

« Qu'est-ce qui a été demandé au gouvernement? [...] Quels étaient le ton et l'attitude? Est-ce que c'étaient le ton et l'attitude d'individus qui voulaient vendre ou d'individus qui voulaient garder les Nordiques à Québec? La question est toute là », s'est interrogé le maire de Québec.

Ce dernier s'explique mal que les actionnaires d'alors n'aient pas réussi à convaincre les gouvernements de s'impliquer dans la construction d'un nouvel aréna en 1995, pour remplacer le vieux Colisée, alors que la Ville et ses associés ont réussi à le faire ces dernières années, sans club déjà établi.

« Pourquoi, nous autres, on a réussi à convaincre les autorités publiques à investir dans un amphithéâtre alors qu'on n'a pas de club puis à l'époque, ils n'ont pas été capables alors qu'ils avaient le club? Ça, ça m'est jamais rentré dans la tête », a lancé Régis Labeaume.

Ce dernier a ajouté que Jacques Parizeau, premier ministre de l'époque, avait toutes les raisons de participer à ce projet, évoquant un contexte politique favorable.

Un peu d'histoire

Le 25 mai 1995, après des semaines de négociations infructueuses avec Québec, Marcel Aubut annonçait la vente des Nordiques à Comsat Corporation. L'entreprise choisit Denver pour établir son équipe. La transaction était évaluée à 75 millions de dollars américains.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !