•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faire pousser ses propres légumes à l'année... presque sans électricité!

La serre de la famille Lavoie, vue de l'extérieur

Radio-Canada

C'est une serre bien particulière que la famille Lavoie possède et exploite à Sainte-Ursule, dans la MRC de Maskinongé. Le modèle de la serre, en forme de dôme, a été acheté aux États-Unis et permet de faire pousser des légumes biologiques tout au long de l'année, pratiquement sans électricité.

Pas plus grosse qu'une piscine hors terre, la serre solaire passive a coûté 12 000 $. Un investissement important, dont la famille Lavoie tire près de 80 % de sa consommation de légumes chaque année.

À l'intérieur, le climat est semblable à celui de la Méditerranée, et ce, peu importe le temps qu'il fait dehors, été comme hiver. La forme du dôme capte le soleil pratiquement toute la journée et la partie nord est isolée pour bloquer le froid. Un panneau solaire alimente un ventilateur qui aspire la chaleur intérieure, puis la distribue sous terre grâce à des tuyaux, pour éviter le gel au sol.

Une petite facture d'électricité

Le propriétaire de la serre, Patrick LavoieAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le propriétaire de la serre, Patrick Lavoie

Les différents systèmes intérieurs font le reste. « On a un réservoir d'eau de 950 gallons au fond de la serre [...] qui permet d'accumuler la chaleur du jour. Même en plein mois de décembre, il fait quand même 25, 30 degrés! Donc on récupère la chaleur parce qu'elle chauffe l'eau, puis l'eau perd sa chaleur durant la nuit », explique Patrick Lavoie.

Ce dernier évalue qu'il lui en coûte environ 200 $ en frais d'électricité pour chauffer durant les nuits de décembre et janvier. Mais quand il fait trop chaud à l'intérieur, des panneaux triangulaires s'ouvrent, sans consommer d'électricité.

« Ce sont des super systèmes, dit Patrick Lavoie. Ce sont des pistons avec de la cire d'abeille [qui prennent] de l'expansion avec la chaleur, donc ça se fait automatiquement. Ça gère la température de façon extrêmement précise. »

Viser l'autosuffisance alimentaire

La serre, vue de l'intérieurAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La serre, vue de l'intérieur

Le coût énergétique de la serre des Lavoie est donc peu élevé et leur permet de manger leurs propres légumes tout au long de l'année, tout en faisant diminuer substantiellement leur facture d'épicerie.

Selon Patrick Lavoie, l'autonomie alimentaire est de plus en plus populaire. « Il y a vraiment un mouvement, je pense, puis c'est bien parce que ça s'inscrit dans un besoin d'autosuffisance alimentaire, mais aussi d'indépendance au niveau de notre production alimentaire au Québec. Je pense que c'est important de penser à ça. »