•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pikogan remercie la nature

Journée culturelle Pikogan
Journée culturelle Pikogan Photo: Godefroy Macaire Chabi

La communauté autochtone de Pikogan, près d'Amos s'est mobilisée vendredi autour d'une journée culturelle. L'activité visait à remercier la nature pour le gibier ramené de la semaine de chasse autochtone et à transmettre ce rituel de la culture algonquine aux plus jeunes.

Avec les informations de Godefroy Macaire-ChabiTwitterCourriel

À l'intérieur du tipi, l'habitation traditionnelle autochtone, différentes sortes de viandes de gibier ont tourné autour du brasier. On y a retrouvé du castor et des outardes.

La tradition chez les Algonquins voudrait que cette cérémonie ait lieu après la semaine de chasse autochtone. « Une façon aussi de remercier la nature de la bonne nourriture qu'elle nous donne [...] c'est une façon de faire vivre la tradition autochtone », explique France Mowatt, du comité organisateur.

L'activité regroupe aussi les enfants, surtout ceux de l'école Migwan, venus en grand nombre pour cuire au feu la banik, le pain autochtone enroulé sur un bâton. Pour le chef de la communauté de Pikogan, Bruno Kistabish, il est important de poursuivre les efforts pour permettre aux enfants de garder leur culture. « Quand on va dans le bois, on amène nos enfants [et] on essaie de leur transmettre les bonnes valeurs », indique-t-il. 

Journée ouverte à tous

La Québécoise Emmanuelle Morin, qui enseigne depuis dix ans à l'école Migwan, est une habituée de l'univers algonquin. « C'est très intéressant, ça nous apprend beaucoup de choses sur la culture [...] un rapprochement entre les deux cultures », témoigne-t-elle. 

C'est d'ailleurs cette quête qui a amené sur les lieux un groupe de touristes parmi lesquels se trouvait la Française Catherine Loiselle, qui vient de Normandie. « Je ne connaissais pas du tout, je suis contente de découvrir d'être en contact avec les gens », dit-elle. 

Cette activité culturelle en est une parmi tant d'autres qui s'organiseront cet été dans la communauté. 

Abitibi–Témiscamingue

Autochtones