•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa a négligé le logement abordable, selon le maire de Vancouver

Le maire de Vancouver, Gregor Robertson, le 24 avril 2015.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le maire de Vancouver, Gregor Robertson affirme que le gouvernement fédéral a « abandonné » le logement abordable. 

Il répond ainsi à une étude de la coopérative d'épargne Vancity publiée cette semaine qui prédit une migration des jeunes en dehors de Metro Vancouver parce que les salaires n'augmentent pas aussi vite que les prix du logement. « C'est manifestement une grande préoccupation », a déclaré M. Robertson.  

« Nous avons vu venir cette vague qui était assez évidente depuis un certain temps. »

— Une citation de  Gregor Robertson, maire de Vancouver

Le maire affirme que la Ville s'est attelée à construire des logements locatifs, car c'est ce que la municipalité peut offrir en matière de logement abordable. Cependant, Ottawa n'en fait pas suffisamment pour aider les grandes villes telles que Vancouver qui vivent une crise immobilière.

« Nous n'avons pas l'appui du gouvernement fédéral pour abaisser le coût du logement dans nos villes. Le logement est très cher partout au Canada parce que le gouvernement fédéral l'a essentiellement délaissé. »

— Une citation de  Gregor Robertson, maire de Vancouver 

Gregor Robertson souhaite voir la crise du logement devenir un enjeu majeur pour les élections fédérales.

Le rapport de Vancity indique que le revenu d'un ménage doit être de 123 000 $ afin de maintenir une hypothèque moyenne dans la région métropolitaine de Vancouver. Mais le salaire qui est incompatible par rapport au ratio du coût du logement a poussé les jeunes à quitter la ville au cours des dernières années. Environ 770 sont partis en 2012 et 1 571 en 2013. Un état des lieux « inacceptable » pour Gregor Robertson.

« Je ne pense pas que nous pouvons laisser cela se produire. Nous devons faire tout notre possible pour l'empêcher. Nous prospérons comme une ville diversifiée où les gens peuvent vivre à proximité de leur lieu de travail », a signifié le maire de Vancouver.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !