•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'industrie pétrolière plaide pour une taxe sur le carbone en Alberta

Un bassin de traitement des eaux sur un site de la pétrolière Suncor, près de Fort McMurray

Un bassin de traitement des eaux sur un site de la pétrolière Suncor, près de Fort McMurray

Photo : Todd Korol / Reuters

Radio-Canada

De grands noms du secteur pétrolier se sont prononcés pour la mise en place d'un large système de taxation du carbone en Alberta au cours d'un forum sur l'avenir de la politique climatique de la province organisé par la Commission de l'écofiscalité du Canada.

Le président de Suncor, Steve Williams, a insisté sur le fait que la province de l'or noir devait changer sa politique environnementale pour améliorer sa réputation sur la scène internationale.

Le PDG de Suncor, Steve Williams.

Le PDG de Suncor Steve Williams.

Photo : ICI Radio-Canada

« Nous essayons de placer le Canada dans une position d'autorité [sur le sujet] parce que ce n'est pas la façon dont nous sommes vus dans le monde... bien au contraire », a indiqué M. Williams dans son discours devant un groupe de gens d'affaires de Calgary.

L'Alberta a été la première province à mettre en place un tarif sur le carbone, mais le système s'adresse seulement aux plus gros émetteurs de gaz à effet de serre. Ces derniers doivent réduire leur intensité énergétique de 12 % chaque année. Ceux qui échouent doivent payer 15 $ la tonne et l'argent est remis dans un fonds pour développer l'innovation technologique. Le système expire cependant en juin.

C'était une bonne première étape, mais maintenant nous avons la possibilité de changer.

Steve Williams, PDG de Suncor

Une taxe sur le carbone pour tous

Suncor, comme l'entreprise Cenovus, plaide cependant pour un système qui taxe toutes les industries et les consommateurs. Cela pourrait inclure un supplément à payer à la pompe ou inclus dans les factures de gaz et d'électricité.

L'ancien ministre des Finances de l'Alberta Jim Dinning s'est joint à ce concert. « Ma facture de gaz, ma facture d'électricité devraient avoir une ligne qui indique taxe sur le carbone de l'Alberta », a déclaré M. Dinning, qui n'a pas voulu se prononcer sur un prix exact du carbone.

L'ancien ministre a cependant conseillé au prochain gouvernement néo-démocrate de prendre son temps avant de mettre en place une telle politique pour ne pas nuire à une économie déjà malmenée par les bas prix du pétrole.

La première ministre élue Rachel Notley n'a pas voulu dévoiler quelle serait sa politique. Lors de l'annonce fédérale sur ses objectifs de réduction d'émissions de gaz à effet de serre, Mme Notley s'était contentée de dire qu'elle travaillerait en collaboration avec les autres provinces et territoires.

Or noir à vendre. Consultez notre dossier.

Alberta

Ressources naturelles