•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après deux évictions, le Camp pour le droit au logement devient itinérant

Campement du FRAPRU à l'angle St-Denis et des Pins

Campement du FRAPRU à l'angle St-Denis et des Pins

Photo : Danny Gosselin

Radio-Canada
Mis à jour le 

Les initiateurs du Camp pour le droit au logement du Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) ne désarment pas. Après avoir été évincés deux fois en l’espace de deux jours par la police de Montréal, ils annoncent que leur action se poursuivra sous forme d’un camp itinérant et sans tentes.

Le FRAPRU entend manifester dans différents lieux de Montréal et annonce déjà qu’il se fera entendre ce samedi lors du congrès de l'Union des municipalités du Québec, où Denis Lebel, lieutenant québécois du premier ministre Stephen Harper doit prononcer un discours.

Le mouvement annonce également une série d’activités pour mettre les projecteurs sur l'ampleur des problèmes de logement et d'itinérance.

Plus tôt vendredi, les militants ont été délogés du campement  qu'ils avaient établi. En après-midi, les policiers ont en effet remis un avis d'éviction pour que les militants quittent le terrain de l'Agence de la santé et des services sociaux, à l'angle de la rue St-Denis et de l'avenue des Pins. 

Le terrain étant de juridiction provinciale, les militants du FRAPRU avaient espéré que le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ne puisse les en expulser. Il appert que c'est le propriétaire de l'immeuble qui abrite l'Agence qui a demandé leur éviction.

Un peu plus tôt, ce regroupement affirmait qu'un représentant de la société immobilière du Québec leur avait demandé de quitter les lieux, mais sans avis d'éviction.

Réinstallés après une première éviction

Jeudi, les militants s'étaient fait expulser du parc près du quartier général du SPVM, dans le Quartier des spectacles. Ce parc relève de la Ville de Montréal. Trois arrestations ont été effectuées à la suite de cette intervention.

Le maire de la Ville de Montréal, Denis Coderre, avait déjà annoncé qu'il ne tolérerait pas le camp d'occupation pour des raisons de sécurité.

Être mieux logé pour être en santé

Par sa campagne Camp pour le droit au logement, le FRAPRU souhaite sensibiliser la population aux problèmes de logement et d'itinérance et dénonce les politiques gouvernementales d'Ottawa et de Québec qui menacent l'avenir du logement social, selon l'organisme.

Ce que tu ne dépenses pas en logement social, tu le payes plus tard en frais de santé et des services sociaux.

François Saillant, coordonnateur du FRAPRU

Le mouvement est appuyé par des personnalités publiques, telles que Philippe Falardeau, Judy Richards et Normand Baillargeon.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société