•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lise Thibault : la Couronne réclame quatre ans de prison

La Couronne estime que la fraude et l'abus de confiance dont s'est reconnue coupable l'ex-lieutenante-gouverneure Lise Thibault méritent une peine de quatre ans de prison

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Couronne estime que la fraude et l'abus de confiance dont s'est reconnue coupable l'ex-lieutenante-gouverneure Lise Thibault méritent une peine de quatre ans de prison.

La Couronne, qui s'oppose à une peine dans la collectivité, comme l'a suggéré la défense jeudi, soutient que la seule sanction possible est l'emprisonnement en matière d'abus de confiance quand une personne est dans une position de haut degré de confiance.

Le procureur de la Couronne, Me Marcel Guimont, estime que le juge doit imposer une peine exemplaire et dissuasive pour envoyer un message clair aux gestionnaires publics.

« Si vous êtes clément, quel sera l'effet dissuasif pour notre petit fonctionnaire? » a-t-il demandé.

La Couronne, qui réclame aussi un remboursement de 430 000 $, avance que Lise Thibault a les moyens de rembourser les contribuables.

Me Guimont s'insurge contre la proposition de la défense, selon laquelle une partie des sommes que devrait rembourser Lise Thibault seraient puisées à même le Fonds créé en son nom.

« C'est joindre l'insulte à l'injure. »

— Une citation de  Le procureur de la Couronne, Me Marcel Guimont.

Me Guimont rappelle que ces dons au Fonds Lise Thibault ont été faits par des citoyens pour les personnes handicapées.

L'argument Robin des bois

Les arguments de la défense concernant la vie sans reproche et l'implication sociale de Lise Thibault n'émeuvent pas non plus la Couronne. Le procureur croit plutôt que l'intégrité doit être au coeur du rôle de lieutenant-gouverneur.

Me Guimont réplique ainsi à l'avocat de la défense qui fait un rapprochement entre Lise Thibault et Robin des bois.

« Sans vouloir faire de jeu de mots, Robin des bois, il couchait dans des arbres, lui, pas au Sheraton! »

Les audiences ont été suspendues quelques minutes. À la sortie de la salle, Me Marcel Guimont a reçu les félicitations de citoyens après avoir demandé quatre ans prison pour Lise Thibault.

« J'ai toujours aidé tout le monde »

À la fin des audiences, Lise Thibault s'est adressée au juge, en pleurs. Elle a déclaré que jamais elle n'aurait pensé se retrouver devant la justice de la sorte, soulignant avoir « toujours aidé tout le monde ».

« Je ne peux m'imaginer que mes petits-enfants vont avoir le souvenir d'une grand-mère qui a été traitée de voleuse »

— Une citation de  L'ex-lieutenante-gouverneure Lise Thibault

Son conjoint Réal Cloutier s'est de nouveau porté à sa défense à l'extérieur de la salle d'audience. « Elle est à genoux, elle pleure, elle est dans tous ses états et elle ne peut pas avoir plus de remords qu'elle a là et ce qu'on essaie de faire, c'est lui couper la tête avec un sabre. »

M. Cloutier allègue que le traitement administré à sa conjointe aurait été différent si l'accusé avait été un homme.

Jeudi, la défense a plaidé pour une peine de 12 mois dans la communauté et un remboursement d'au moins 92 000 $ pouvant aller jusqu'à 372 000 $.

Me Marc Labelle a expliqué au juge que plusieurs facteurs atténuants, dont l'état de sa cliente, commandaient une peine dans la collectivité.

Le juge Carol St-Cyr a pris la cause en délibéré. Il fera connaître la peine qui sera imposée à Lise Thibault le 30 septembre.

Lise Thibault a plaidé coupable, en décembre dernier, à des accusations de fraude et d'abus de confiance. L'ex-lieutenante-gouverneure a réclamé aux gouvernements 700 000 $ en remboursement de frais liés à des voyages, des fêtes et des repas de 1997 à 2007.

D'après les informations de Yannick Bergeron

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.