•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lise Thibault voudrait rembourser à même son Fonds

Lise Thibault à son arrivée au palais de justice

Lise Thibault à son arrivée au palais de justice

Photo : Sébastien Vachon

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.


L'avocat de l'ex-lieutenante-gouverneure Lise Thibault suggère que sa cliente rembourse une partie des sommes qui lui seront réclamées en puisant dans le Fonds Lise Thibault.

Au cours des audiences pour les recommandations sur la peine, jeudi, au palais de justice de Québec, l'avocat de la défense, Me Marc Labelle, a fait valoir que Lise Thibault pourrait rembourser 372 000 $, dont 100 000 $ proviendraient de la vente d'un terrain lui appartenant.

Me Labelle ajoute que l'autre partie, soit 272 000 $, serait prise à même le Fonds Lise Thibault, des sommes récoltées alors qu'elle était en fonction. 

« Ce qu'on lui reproche, c'est d'avoir utilisé des argents, son personnel, pour créer le Fonds et les entrées d'argent. Alors, qu'on prenne ces argents-là et qu'on les redonne, on fait tout simplement redonner au gouvernement ce qu'elle ne pouvait pas lui prendre. Ce n'est pas l'argent des gens », affirme Me Labelle.

Peine dans la communauté

L'avocat tente par ailleurs d'éviter la prison à sa cliente. Me Marc Labelle estime que l'état de santé précaire de la dame âgée de 76 ans milite pour une peine de 12 mois à purger dans la collectivité.

Il souligne le passé « irréprochable » de Lise Thibault et le fait qu'elle avait elle-même réclamé une enquête sur ses dépenses.

Me Labelle fait valoir que Lise Thibault a reconnu sa culpabilité, mais n'avait jamais agi par malhonnêteté, ni avec l'intention de s'enrichir. Il plaide qu'avec une partie des sommes récoltées avec son Fonds, elle a réussi à équiper les montagnes du Québec pour les handicapés qui font du ski. Il soutient aussi qu'elle a redistribué 1,5 million de dollars provenant du Fonds Lise Thibault en 10 ans.

Me Labelle avance aussi comme facteurs atténuants que Lise Thibault fait l'objet d'une poursuite au civil, que l'Agence du revenu lui réclame des revenus non déclarés et qu'elle a présenté ses excuses publiques en plaidant coupable.

« Elle a été crucifiée sur la place publique »

— Une citation de  L'avocat de la défense, Marc Labelle

L'avocat de l'ex-lieutenante-gouverneure Lise Thibault suggère que sa cliente rembourse une partie des sommes qui lui seront réclamées en puisant dans le Fonds Lise Thibault

Le conjoint de Lise Thibault contre-interrogé

Un peu plus tôt, la Couronne a interrogé le conjoint de Lise Thibault, Réal Cloutier, qui conteste le calcul fait par la poursuite en vue de déterminer le remboursement qui sera imposé à l'ex-lieutenante-gouverneure.

La Couronne lui a demandé d'entrée de jeu de préciser son statut par rapport à Lise Thibault. M. Cloutier a convenu qu'il était son conjoint bien que son état civil officiel demeure celui de célibataire. Dans les faits, Réal Cloutier et Lise Thibault vivent ensemble, 6 mois dans la maison de Mme Thibault à Québec et 6 mois dans la résidence de M. Cloutier, en Floride.

Réal Cloutier a par ailleurs admis qu'il avait fait à Mme Thibault un prêt personnel de 150 000 $.

L'avocat de la défense a conclu sa plaidoirie en après-midi. La Couronne fera connaître demain ses recommandations sur la peine à imposer à Lise Thibault.

La défense demande une peine dans la collectivité et un remboursement de 372 000 $.

La Couronne pour sa part n'a pas encore précisé la peine de prison qu'elle compte réclamer, mais souhaite le remboursement de 430 000 $.

Lise Thibault a plaidé coupable, en décembre dernier, à des accusations de fraude et d'abus de confiance. L'ex-lieutenante-gouverneure a réclamé aux gouvernements 700 000 $ en remboursement de frais liés à des voyages, des fêtes et des repas entre 1997 et 2007.

À lire aussi :

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.