•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tension entre l'équipe de crosse et le maire d'Edmonton

Le Rush d'Edmonton cherche un nouvel endroit pour jouer.

Photo : Rush d'Edmonton

Radio-Canada

Le Rush d'Edmonton, l'équipe de la crosse professionnelle de la capitale albertaine, menace de déménager ou de fermer boutique à cause de l'incertitude entourant l'avenir de leur aréna.

L'équipe joue pour l'instant à la place Rexall, un amphithéâtre qui risque de disparaître avec la construction du nouvel aréna au centre-ville d'Edmonton. Le propriétaire du Rush Bruce Urban clame toutefois que son équipe n'a jamais fait partie des plans du nouvel établissement et critique le maire d'Edmonton pour cette omission.

« Parmi toutes les discussions sur le nouvel aréna, les Rush d'Edmonton ne se sont jamais vu offrir de solution et n'ont jamais été pris en considération par le maire Iveson ou la Ville d'Edmonton, » indique M. Urban dans un communiqué.

Le maire d'Edmonton Don Iveson.

Le maire d'Edmonton Don Iveson.

Photo : ICI Radio-Canada

La critique n'a pas été du goût du maire d'Edmonton. Don Iveson a expliqué que le propriétaire du Rush avait proposé un parrainage à la Ville d'Edmonton et que sa réponse à la contre-proposition de l'administration municipale avait été « insultante ».

Le maire a toutefois noté que le conseil municipal n'avait aucun pouvoir sur l'endroit où le Rush pouvait jouer. Bruce Urban doit négocier avec le groupe Katz propriétaire du nouvel aréna et Northlands, propriétaire de la place Rexall, conseille M. Iveson.

Suggérer que la Ville n'a pas travaillé avec eux ou que j'ai été réfractaire est franchement décevant.

Don Iveson

Le maire a répondu avec ses propres critiques suggérant que le problème de l'équipe venait surtout de sa faible attractivité auprès du public. Le Rush d'Edmonton attire en moyenne 5000 spectateurs de moins que l'équipe de crosse de Calgary, les Roughnecks.

« Quant à m'accuser de ne pas venir aux matchs, n'invitez pas le maire sur Twitter trois jours avant un événement si vous voulez que je vienne », a lancé M. Iveson.

L'équipe encourage les Edmontoniens à signer une pétition en ligne pour montrer leur soutien. Mercredi soir, moins de 700 personnes avaient signé, loin de l'objectif de 5000 noms.

Le Rush jouera samedi contre Calgary le deuxième match de la finale ouest du championnat de la Ligue nationale de crosse.

Alberta

Sports