•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des restaurateurs yukonnais incapables de rouvrir leur crêperie

façade de l'édifice

La crêperie Pine Valley est l'un des rares établissements en bordure de la route de l'Alaska.

Photo : photo fournie

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Olivier et Mylène Le Diuzet tentent depuis deux ans de renouveler leur permis d'opération pour une crêperie en bordure de la route de l'Alaska. Malgré une inspection satisfaisante, les autorités sanitaires du Yukon exigent de nouvelles installations par crainte de contamination de l'eau.

Le couple a acheté Pine Valley Bakery and Lodge en 2009 et ouvert les portes l'année suivante. Mais au moment de renouveler leur permis d'opération l'an dernier, les choses se sont compliquées, raconte Olivier Le Diuzet.

Olivier et Mylène Le DiuzetAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

« C'est une grosse frustration, on est frustré de venir à Whitehorse, que personne ne veut nous écouter. »

Photo : ICI Radio-Canada/Claudiane Samson

« À la suite de l'inspection, il a inscrit sur le rapport que rien n'était négatif, qu'il y avait juste besoin de faire le test de l'eau comme nous le faisons habituellement pour obtenir le permis, et plus d'une semaine après cela je n'ai pas reçu de permis par la poste donc j'ai appelé l'inspecteur qui me dit ''Non non, tu n'auras pas ton permis''. »

Le puits existe depuis 20 ans, l'eau est bonne depuis 20 ans, c'est un abus de pouvoir [...]. Il y a au Yukon ou partout ailleurs des business qui ont des problèmes de salubrité ou de quoi que ce soit, on ne les ferme pas pour ça, on leur dit qu'il faut rectifier.

Olivier Le Diuzet

Malgré des analyses d'eau satisfaisantes, le département de santé publique leur demande l'installation d'un filtre ultra-violet, mais refuse au couple la garantie ensuite d'un permis d'opération. Le médecin-chef, Brendan Hanley, affirme qu'il faut prioriser la santé du public: « Malheureusement, si on sait qu'il y a un risque, par exemple, dans ce cas là, c'est un puis assez peu profond, donc c'est un système qui est sous l'influence [des eaux] de surface, donc on parle d'un risque de contamination. »

Mylène et Olivier Le Diuzet sont en désaccord avec cette conclusion puisque leur puit, selon leurs calculs, dépasse la distance requise avec la fosse septique, et qu'aucun rapport d'inspection ne mentionne ce risque.

Selon la députée néo-démocrate , il s'agit d'un dossier complexe qui met en lumière de nombreux manquements au système. « Moi je crois que le gouvernement a la responsabilité d'aider les personnes qui veulent aussi avoir un business ou des entreprises à côté de la route de l'Alaska. »

Kate White voudrait voir un programme de prêts accessibles aux petites entreprises pour la réfection d'un système septique ou l'installation d'un puits.

Le crêperie des Le Diuzet demeure fermée, à quelques semaines du plus fort de la saison estivale.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Les propriétaires d’une crêperie, qui existe depuis 2009 au Yukon, multiplient les démarches pour obtenir un renouvellement de permis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !