•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Compressions au CISSSO : « On met la hache dans la santé mentale », dit Lyne Plante

Des employés syndiqués du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais en train de manifester.
Des employés syndiqués du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais en train de manifester. Photo: Radio-Canada

Des professionnels en soins de santé se sont relayés, ce midi, pour manifester devant plusieurs établissements de santé de Gatineau. La porte-parole pour l'Outaouais de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), Lyne Plante, a dénoncé les compressions en santé mentale, qui font partie des mesures annoncées par le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO), afin d'atteindre l'équilibre budgétaire.

Ce plan, présenté le 12 mai dernier, prévoit des compressions de 19,5 millions de dollars, dont 14,5 millions liés à l'amélioration de la productivité et 5 millions associés aux dépenses de nature organisationnelle.

Il comprend aussi une « réduction nette » de 60 à 80 postes. Toutefois, avec les départs à la retraite et l'abolition de postes vacants, ce seront de 125 à 150 postes qui seront supprimés.

Mme Plante accuse la direction du nouveau CISSSO de manquer de transparence et d'avoir commencé à instaurer des mesures qui n'ont pas été dévoilées à la population. Celles-ci toucheraient les urgences, les soins intensifs et palliatifs, ainsi que la santé mentale, selon elle.

Pour appuyer ses dires, elle précise que 31 des postes visés par la réduction nette sont occupés par des employés affiliés à la FIQ et que 13 d'entre eux travaillent en santé mentale.

On met la hache dans la santé mentale. Sur 31 abolitions de postes annoncées, 13 sont en santé mentale.

Lyne Plante, porte-parole pour l'Outaouais de la FIQ

« C'est sûr que cela nous inquiète, parce que, par exemple, en santé mentale, on a quatre infirmières, dont trois qui verront leur poste être aboli. Ça, c'est pour l'urgence psychiatrique et la liaison infirmière en santé mentale. Les délais vont être beaucoup plus longs », déplore Mme Plante.

Elle soutient par ailleurs que parmi les autres mesures envisagées, il a été proposé que les patients à domicile paient pour leurs propres pansements. Elle affirme aussi que dans un CHSLD, il a été demandé aux employés de diluer le jus servi avec les collations, afin de diminuer les coûts des repas.

Le CISSSO nie catégoriquement cette dernière information, indiquant que la majorité des jus distribués aux patients proviennent de contenants individuels scellés.

D'autres compressions à prévoir

Lyne Plante dit avoir appris que dans les urgences des hôpitaux de Hull et de Gatineau, 33 postes d'infirmières auxiliaires seront abolis. La direction du CISSSO aurait ajouté que d'ici trois ans, il n'y aurait que des infirmières cliniciennes dans ces services.

De plus, deux postes devraient être supprimés aux soins intensifs. Lyne Plante croit qu'en réalité, il y aura deux lits qui seront fermés dans cette unité et qu'ils seront rapatriés ailleurs.

On s'en va tout droit vers une crise importante. On va avoir une assemblée générale spéciale, le 28 mai. Il va y avoir trois rencontres dans la journée où on va parler de moyens de pression à faire au moment jugé opportun et le moment, il est jugé opportun.

Lyne Plante, porte-parole pour l'Outaouais de la FIQ

Du côté d'Action Santé Outaouais

En attendant, le coordonnateur d'Action Santé Outaouais, Jean-Charles Pichereau, reconnaît qu'il a du mal à faire le bilan des compressions et il se dit perdu avec la succession des annonces.

Il craint surtout que l'accessibilité aux soins et la qualité des services offerts soient compromises.

« On demande au personnel, qui en fait déjà beaucoup, qui est essoufflé, d'en faire encore plus avec moins. À un moment, l'équation n'est pas bonne », soutient-il.

Les syndicats n'entendent pas rester les bras croisés et comptent faire barrage à ces mesures. Les employés sont conviés à une assemblée générale, la semaine prochaine. Il leur sera alors présenté le plan d'action et les moyens de pression envisagés par les syndicats.

La FIQ a déjà obtenu localement un mandat de grève de la part de ses membres.

Le président-directeur général du CISSSO, Jean Hébert, organise une rencontre jeudi. Cette réunion a pour but « d'établir les mécanismes d'échanges d'informations en lien avec le plan d'équilibre budgétaire », indique un porte-parole de l'organisme.

D'après des informations de Nathalie Tremblay et du Midi trente Ottawa-Gatineau

Ottawa-Gatineau

Santé