•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donner son corps à la science: au coeur d'un laboratoire d'anatomie

La santé du lac Winnipeg, parfois aux prises avec une prolifération d'algues bleues en été, parviendra-t-elle à retenir l'attention des électeurs et des partis politiques au cours de la campagne?

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Qu'adviendra-t-il de votre corps après votre mort? Si plusieurs choisissent l'embaumement ou l'incinération, de plus en plus de Québécois décident de donner leur corps à la science.

Au Québec, on constate une progression de cette tendance au cours des dernières années. L'an dernier, 261 corps ont été dirigés vers un établissement universitaire. En Estrie, 64 corps ont été remis à l'Université de Sherbrooke en 2014. On en comptait 52 en 2013.

Les cadavres se retrouvent entre les mains de futurs étudiants en médecine, ce qui leur permet d'affiner certaines techniques. « Ils seront capables de faire la technique quand ils vont sortir d'ici. Ils auront appris à éviter les écueils », explique le directeur de la Faculté de médecine et des sciences de la santé à l'Université de Sherbrooke, le Dr Gaétan Langlois. Et se pratiquer sur de vrais corps, ajoute-t-il, c'est aussi utile pour les professionnels d'expérience.

Quand on a de nouvelles techniques chirurgicales avec lesquelles on n'est pas familier, on vient se pratiquer ici. On ne peut pas improviser en salle d'opération.

Une citation de :Dr Gaétan Langlois

Un grand respect pour les corps

Claudia Beaulieu est technicienne au laboratoire de l'Université de Sherbrooke depuis neuf ans. Elle prépare les corps pour les étudiants. Elle assure que ces derniers sont très respectueux. « Je n'ai jamais entendu de commentaires déplacés sur les corps », dit-elle, précisant que les jeunes sont, au contraire, très intéressés de connaître les motivations des personnes qui décident de léguer leur corps à la science. 

Ces volontaires sont dans la majorité des cas des anciens patients du CHUS, des membres de leur famille ou encore d'ex-étudiants de l'Université de Sherbrooke.

Un hommage aux donateurs

Chaque année, la Faculté de médecine participe à une messe pour rendre hommage aux donateurs et pour remercier leur famille. Les proches ont ensuite la possibilité de visiter le laboratoire d'anatomie, ce qui leur permet de voir à quel endroit s'est terminé le parcours d'un être cher.

Chaque année, la Faculté de médecine de l'Université de Sherbrooke rend hommage aux donateurs.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Chaque année, la Faculté de médecine de l'Université de Sherbrooke rend hommage aux donateurs.

Photo : Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !