•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Exclusif

Des policiers auraient-ils pu éviter la mort d'Alain Magloire?

Alain Magloire, abattu par les policiers du SPVM en février 2014

Alain Magloire : une mort évitable?

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors qu'Alain Magloire était abattu de plusieurs balles par un policier à Montréal, un agent spécialement formé pour intervenir auprès des personnes souffrant de maladie mentale était en route, a appris Radio-Canada. Selon nos informations, le policier serait arrivé sur les lieux près d'une minute après que l'homme eut été abattu, en février 2014.

Un texte de Jean-Philippe RobillardTwitterCourriel

Pour le président du Regroupement des services d'intervention de crise du Québec (RESCICQ), l'arrivée de ce policier aurait pu changer le déroulement de l'intervention et peut-être même éviter son dénouement tragique.

J'extrapole, mais c'est possible qu'il n'y aurait pas eu la situation tragique qui est arrivée parce qu'ils sont habilités à travailler avec ces gens-là.

Une citation de :Robert Dubuc, président du RESCICQ

Depuis janvier 2014, on retrouve des policiers formés pour intervenir auprès des personnes souffrant de maladie mentale dans les postes de quartier du centre-ville. La mort de Mario Hamel, un sans-abri souffrant de maladie mentale abattu par des policiers en 2011 alors qu'il menaçait les agents avec un couteau, a poussé le Service de police de la ville de Montréal (SPVM) à créer l'unité Réponse intervention de crise (RIC).

La police de Montréal espère ainsi éviter que des interventions auprès des personnes en crise ne se terminent en tragédie comme dans le cas d'Alain Magloire.

« On est des policiers, on n'est pas des médecins, on n'est pas des psychologues, et notre rôle en tant que policiers, ça va être d'intervenir. Avec RIC, c'est de se doter d'outils qui vont nous donner des alternatives à une force mortelle », affirme Manuel Couture, porte-parole du SPVM et agent RIC.

Inspirée d'un modèle au Tennessee

Pour créer cette unité, le SPVM s'est inspiré d'un modèle d'intervention développé par la police de Memphis, au Tennessee, il y a une vingtaine d'années, après qu'une personne avec un problème de santé et menaçant les policiers eut été tuée par un agent. Les postes 20, 21, 22, 23 et 38 (au centre-ville, dans Centre-Sud et dans Hochelaga-Maisonneuve) ont été les premiers de la Ville de Montréal à avoir un agent RIC dans leur rang.

La formation des policiers RIC dure cinq jours, soit une quarantaine d'heures. On apprend notamment aux policiers à mieux reconnaître les symptômes de la maladie mentale et à mieux intervenir auprès des personnes en crise.

Il faut traiter tout le monde comme des êtres humains. De se dire, on a un être humain devant nous, il est souffrant, il a peur. Bien moi, mon travail, c'est de calmer la peur de cet être humain là pis faire en sorte qu'il aille mieux.

Une citation de :Manuel Couture, porte-parole du SPVM et agent RIC
Manuel Couture, porte-parole du SPVM et agent RICAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Manuel Couture, porte-parole du SPVM et agent RIC

Photo : ICI Radio-Canada

Le SPVM a fait le choix de ne former qu'une partie de ses effectifs. Depuis la mort d'Alain Magloire, 160 policiers RIC ont été formés. On en compte aujourd'hui 223. Les policiers RIC sont répartis dans les différents postes de quartier de la ville.

Selon le coordonnateur du projet RIC, Pascal Poirier, une trentaine d'agents seraient toujours prêts à intervenir. « En ayant un agent sur chaque groupe de travail, le but c'est l'apprentissage par les pairs. Une fois que vous allez voir intervenir un agent RIC sur votre groupe de travail à plusieurs reprises, continuellement, vous êtes en mesure d'échanger avec lui, vous allez apprendre les techniques de communication qui sont simples, qui sont de base, mais qui sont efficaces », explique-t-il.

Une équipe de Radio-Canada a patrouillé avec un agent RIC. À la suite d'un appel 911, nous sommes allés dans un quartier du nord de Montréal, où une dame souffrant d'une maladie mentale était en crise. Elle affirmait que ses voisins voulaient incendier son appartement. À notre arrivée sur les lieux, deux policières, qui n'avaient pas reçu la formation RIC, étaient déjà sur place. En faisant preuve d'empathie, elles ont réussi à calmer la dame, mais elles ne sont pas parvenues à l'emmener à l'hôpital.

Les policières étaient déçues, elles auraient souhaité que la dame voie un médecin. Une d'entre elles admet la difficulté de ce type d'interventions et le sentiment d'impuissance qui les habite. « Essayer de convaincre les gens de prendre en charge leur santé mentale, c'est ça qui est difficile, surtout qu'on n'a pas nécessairement de grosses formations [...] on finit pour développer des petits trucs et tout ça, mais on n'est pas des psychologues. »

Les policiers de Montréal répondent chaque jour à près d'une centaine d'appels touchant des personnes souffrant de maladie mentale.

Pour consulter ce rappel des événements entourant la mort d'Alain Magloire, le 3 février 2014, sur votre appareil mobile, cliquez ici

Une formation qui a ses limites

Même s'il voit d'un bon œil l'arrivée des policiers RIC, le président du RESCICQ, Robert Dubuc, doute qu'ils règlent tous les problèmes tant les besoins en santé mentale sont grands et complexes.

« Les policiers n'ont pas la formation, ils ont une formation qui est très spécifique à leur travail et ne sont pas équipés pour travailler avec l'humain avec toutes ses difficultés qui se trouvent. Mais ces gens-là ne sont pas formés dans le domaine social », souligne-t-il.

Au centre de crise Le transit, dans le centre-ville de Montréal, un endroit que fréquentait Alain Magloire, on juge également que la formation des policiers en santé mentale pose problème.

Je pense que leur formation est absolument à côté de la track pour intervenir auprès d'une clientèle en en grosse détresse.

Une citation de :Daniel Cossette, directeur du centre Le transit

M. Cossette, qui travaille depuis 30 ans dans le domaine, croit même que la formation RIC a ses limites, surtout avec les cas extrêmes, comme Alain Magloire. Selon lui, les policiers doivent revoir leurs méthodes d'interventions et utiliser d'autres moyens pour neutraliser les personnes en crise, comme des fusils filet.

« On ne fait pas la différence entre un criminel, on intervient de la même façon avec un criminel et quelqu'un qui a un problème de santé mentale aigu en crise. On tire dessus, c'est la même affaire et c'est inadmissible dans la société comme la nôtre. C'est inadmissible », juge-t-il.

La police de Montréal estime qu'il y aura de 3000 à 5000 interventions RIC par année, une fois la formation des policiers terminée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !