•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Halifax ne tolérera pas les obscénités lancées contre des journalistes

CityNews

Shauna Hunt, journaliste de CityNews, a récemment subi les insultes de certains hommes à Toronto.

Photo : CityNews

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le service policier d'Halifax envisagera des poursuites criminelles contre les chahuteurs qui profèrent des obscénités à des femmes journalistes, qualifiant ces incidents de « violence sexuelle ».

Plus tôt cette semaine, par exemple, des hommes ont lancé des vulgarités à une journaliste à Toronto pendant qu'elle était en onde.

Il s'agit du phénomène FHRITP, qui est né d'un canular en ligne aux États-Unis. Plusieurs journalistes au pays, en particulier des femmes, ont ainsi été dérangés durant leur travail au cours des derniers mois. Cet acronyme anglais fait référence à un acte sexuel disgracieux.

Dans une déclaration écrite diffusée vendredi, le service policier d'Halifax affirme que ce genre d'incidents est non seulement dégradant et irrespectueux, il peut aussi être de nature criminelle.

Le chef de police Jean-Michel Blais explique que les agents ne vont pas tolérer ces écarts de conduite et qu'ils pourraient porter des accusations de méfait, de harcèlement ou de rupture de la paix.

Avec les informations de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.