•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des serveurs sourds pour sensibiliser les clients à leur réalité

Mika Sarmiento, serveuse sourde au restaurant Deafined

Mika Sarmiento, serveuse sourde au restaurant Deafined

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un restaurant de Vancouver a choisi d'embaucher des serveurs sourds et malentendants afin de sensibiliser ses clients à leur réalité. Les personnes souffrant de cette déficience peinent à trouver des emplois.

Un texte de Frédéric ArnouldTwitterCourriel

C'est dans le quartier vancouvérois très en vogue de Kitsilano que Moe Alameddine, un Montréalais d'origine libanaise, vient de lancer un nouveau restaurant appelé Deafined.

Particularité, la personne qui sert les clients est sourde, muette ou malentendante. Un concept original où le client doit, lui, commander en utilisant le langage des signes. Un langage simplifié dans ce cas-ci où l'on communique avec des chiffres et des lettres.

Le restaurant attire certains sourds muets, trop contents d'être dans leur élément, mais surtout les curieux prêts à jouer le jeu. Un jeu pas insurmontable parce qu'après tout, la serveuse écrit la commande et valide avec le client pour éviter les erreurs éventuelles. Les clients sont surpris et surtout comprennent mieux le défi quotidien auquel les sourds-muets font face, nous confie Keith Beerling, un nouveau client du restaurant.

Au Canada, une personne sur 10 souffre de problème d'audition.

Mika Sarmiento, une sourde muette qui vient de décrocher son premier emploi dans le secteur de la restauration, est aux anges.

Elle explique, en langage des signes, qu'elle adore cette « socialisation » et cet emploi de service. L'initiative réjouit ceux qui militent pour une meilleure intégration des sourds et des malentendants.

Susan Masters, directrice générale du Western Institute for the deaf and hard of hearing, incite les employeurs potentiels à ne pas avoir peur d'embaucher ces personnes.

Cela demande juste un peu d'accommodements et c'est plus facile que vous ne pensez.

Une citation de :Susan Masters

Les non-voyants aussi

Moe Alameddine n'en est pas à ses premières armes dans le domaine puisqu'il a dans le passé fondé les restaurants Au noir à Toronto et Montréal et possède depuis trois ans le restaurant similaire The Dark Table. Les clients se font servir dans l'obscurité la plus totale par des serveurs non-voyants.

Pour Lazare Hounnake, un des serveurs, les occasions d'emplois sont rares, mais dans le restaurant The Dark Table à quelques coins de rue de Deafined, il se sent privilégié.

« Il faut être quelqu'un comme moi, un non-voyant pour travailler ici, donc pour une fois on est patron ici », plaisante-t-il. Les concepts ont du succès pour l'homme d'affaires qui dit avoir aussi une mission sociale.

Il n'y a pour l'instant qu'une poignée de restaurants de ce type au Canada et les initiatives du genre sont encore rares. Les sourds, les malentendants et les non-voyants espèrent que le message sera entendu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !