•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Autre déficit pour le train Océan de VIA Rail

Karine Godin s'entretient avec le député fédéral d'Acadie-Bathurst, Yvon Godin.
Radio-Canada


Le train qui fait la liaison entre Halifax et Montréal est toujours déficitaire et peu viable à long terme. C'est ce qui ressort du rapport annuel 2014 de VIA Rail Canada.

Le train Océan a coûté 45 millions de dollars à la société de la couronne et n'a généré que 10 millions de dollars en revenus.

L'an dernier, la ligne Océan a transporté 74 000 passagers, ce qui n'a permis de rentabiliser qu'un tiers des coûts d'opération. Le déficit pour 2014 est de 35 millions de dollars. Cela signifie une subvention fédérale de 480 $ par passager.

Après la réduction de service entre Halifax et Montréal en 2012, le nombre d'usagers a chuté de 45 %. Quant aux subventions fédérales, elles ont monté en flèche à presque de 70 % depuis 2011.

Le président de Transport Action Atlantic, un lobby spécialisé en transport public, affirme que la subvention par passager a augmenté depuis que VIA Rail Canada a réduit le service de moitié en 2013.

Ted Bartlet affirme que les résultats présentés vendredi prouvent que d'avoir un service de trois jours, plutôt que de six jours, n'a rapporté aucune économie significative.

M. Bartlet affirme qu'il faudrait réinstaurer le service pour que ça redevienne une fois de plus une manière efficace de voyager dans les Maritimes.

« Je suis un peu inquiet par exemple de voir qu'on met beaucoup l'accent sur le train Océan comme un ''train touristique''. Ce qu'il n'est pas du tout. La majorité des usagers ne voyagent pas d'Halifax à Montréal. Ils voyagent d'Halifax à Miramichi, de Moncton à Campbellton, de Bathurst à Montréal », affirme M. Bartlet.

Ce dernier soutient que c'est le service qu'il offre aux stations intermédiaires qui est le plus important. Il affirme aussi que le coût par passager était moindre lorsque VIA Rail opérait son service six jours par semaine dans les Maritimes.

Économie