•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marc Bergevin prône encore la patience

Marc Bergevin DG du Canadien

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Après le défilé des joueurs du Canadien jeudi à Brossard, c'était au tour du directeur général Marc Bergevin d'y aller de son bilan et de son évaluation de la saison 2014-2015 et du récent parcours en séries.

Un texte de Jean-François ChabotTwitterCourriel

Sans surprise, le patron a dressé un portrait plutôt positif de son équipe. Contrairement à ce que l'on entend de la part des partisans depuis l'élimination du Tricolore, Bergevin n'est pas prêt à jeter le bébé avec l'eau du bain.

« On a fini deuxièmes dans la ligue, on a amassé 50 victoires. Les séries ont pris fin plus vite qu'on l'aurait souhaité, mais nous avons progressé. »

À ceux qui se demandent s'il sera en quête du fameux gros marqueur pour donner plus de force à l'attaque, Bergevin a rappelé que plusieurs aspects entraient en jeu.

« La nouvelle LNH est extrêmement compétitive. Il faut composer avec un plafond salarial dont on ne connaîtra les limites qu'au mois de juin. On est aussi un peu victimes de nos succès. Au repêchage, on choisit 25e ou 26e. Rendu là, les meilleurs joueurs que tout le monde veut ne sont plus disponibles. »

Bergevin a toutefois déjà fait savoir à Manny Malhotra, à Sergei Gonchar et à Mike Weaver qu'ils ne seraient pas de retour avec le Canadien la saison prochaine.

Développer les jeunes

Pour Bergevin, face à la nouvelle réalité, le développement des jeunes de l'organisation demeure la meilleure solution pour améliorer l'équipe.

« Nous avons de bons jeunes à l'interne. Sherbak, Hudon et Andrighetto viennent de connaître de bonnes saisons à Hamilton. Mon travail est de bâtir la meilleure équipe possible, mais je ne suis pas prêt à sacrifier l'avenir de l'équipe pour mettre la main sur un vétéran qui ne fera que passer. »

Appelé à préciser sa vision de la période de transition du Tricolore, Bergevin a indiqué qu'il n'était pas question de revenir à la case départ.

« Quand j'ai parlé de transition en septembre, je pensais surtout en terme de leadership au sein de l'équipe. Je voulais voir les plus jeunes, les nouveaux leaders prendre leur place. Je pense que de ce point de vue, ils ont pas mal réussi leur mission. »

Bergevin s'est même donné un peu de latitude en laissant entendre qu'il ne sentait pas l'urgence de nommer un capitaine en prévision de la prochaine saison.

Bulletins de fin d'année

Le patron a passé en revue ses effectifs, en s'attardant surtout à ceux dont les noms étaient soulevés par les journalistes qui voulaient connaître son opinion sur la tenue de chacun.

Pour lui, une bonne défense reste encore la bonne avenue à suivre. « On regarde l'ensemble de la série, on a très bien performé, sauf dans le sixième match à Tampa. On a touché 12 ou 13 poteaux. Un pouce à gauche ou à droite et tout change. Je ne suis pas prêt à tout virer à l'envers parce qu'on n'a pas battu le Lightning... Il n'y a pas une si grande différence entre eux, nous et les Rangers. »

Il a dit ne pas trop s'en faire pour Alex Galchenyuk. Pourrait-il être le gros joueur de centre tant recherché? « Il a semblé plus à l'aise à l'aile qu'au centre. Je ne suis pas encore capable de dire s'il sera un bon centre un jour. Mais il n'a que 21 ans et il a quand même marqué 20 buts à sa troisième saison. Il va dans la bonne direction. »

« Ma philosophie ne changera pas » - Marc Bergevin

En ce qui a trait à l'avantage numérique, Bergevin reconnaît qu'il y a du travail à faire. « On a terminé 23e dans la ligue en saison et on a souffert. On a fini 16e (sur 16 équipes) en séries. On a fait du progrès, a lancé Bergevin, qui a déclenché un éclat de rire chez les scribes. On va s'asseoir Michel (Therrien) et moi pour trouver des solutions pour la saison prochaine. Mais je pense que c'est une question de constance et d'effort soutenu. »

Rappelant qu'Henrik Lundqvist connaît ses meilleurs moments avec les Rangers à l'âge de 33 ans, Bergevin a pris soin de souligner que Carey Price n'a que 27 ans, que P.K. Subban a eu 26 ans il y a deux jours et que Max Pacioretty a lui aussi 27 ans,

Bergevin a aussi reconnu que Jeff Petry s'était avéré un ajout parfait pour le Tricolore. « Nous l'avions dans notre mire à la date limite des échanges et nous sommes très contents de l'avoir amené à Montréal. C'est sûr que j'aimerais le garder et il semble intéressé à rester avec nous. Je souhaite en faire une priorité au cours des prochaines semaines. »

À la défense de Therrien

Bergevin s'est finalement porté à la défense de l'entraîneur-chef Michel Therrien et de ses adjoints.

« Je n'ai aucune raison de ne pas être satisfait. Nous avons fini 2es dans la ligue cette année. On vient de connaître trois saisons de 100 points. Je n'ai aucune raison de vouloir changer quoi que ce soit. »

Bergeron a renchéri en se disant outré que certains aient évoqué la possibilité que le Canadien s'intéresse aux services de Mike Babcock pour remplacer Therrien.

Note : Bergevin a ouvert son point de presse en adressant un message à l'organisation des Sénateurs d'Ottawa et plus directement au propriétaire Eugene Melnyk qui lutte contre un cancer du foie très avancé.

« Je lui souhaite la meilleure des chances. J'ai été très touché par l'annonce d'hier. On lutte les uns contre les autres, mais dans ces circonstances on fait partie de la même famille. »

« Michel Therrien a fait un travail phénoménal depuis son arrivée à Montréal » - Marc Bergevin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Hockey

Sports