•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Péladeau, nouveau chef du PQ

Le reportage de Davide Gentile

Pierre Karl Péladeau, qui a remporté la course à la direction du Parti québécois (PQ) au premier tour avec 58 % des votes, a obtenu la confiance de ses deux adversaires, Alexandre Cloutier et Martine Ouellet, qui se sont ralliés à lui.

Le premier ministre Philippe Couillard a félicité le vainqueur et l'ancienne chef du PQ, Pauline Marois lui a offert son appui « pour convaincre les citoyens du Québec de la nécessité de se donner un pays ».

  • Pierre Karl Péladeau : 58 %
  • Alexandre Cloutier : 29 %
  • Martine Ouellette :13 % 

Dans son discours de victoire, le nouveau chef a appelé au rassemblement de tous les souverainistes. PKP a déclaré qu'il s'était engagé sur un chemin qu'il suivra « dans le plus grand respect de mes prédécesseurs, autant chefs du Parti québécois que les centaines de ministres, les dizaines de milliers de militants, les centaines de milliers de sympathisants et les millions de Québécois et de Québécoises qui ont voté oui [aux référendums] ».

Jamais je n'aurais pensé être aussi fier en ce jour du 15 mai 2015.

Pierre Karl Péladeau

M. Péladeau a souligné la valeur de ses adversaires dans cette course, notamment Bernard Drainville pour ses qualités exceptionnelles de tribun, Martine Ouellet pour sa puissance de conviction et Alexandre Cloutier pour ses capacités de rassembleur.

Le nouveau chef a ensuite rapidement enchaîné au sujet de la souveraineté. 

Il s'est adressé aux centaines de milliers de souverainistes qui ont tourné le dos au Parti québécois pour leur assurer « que tous les projets de société seront réalisables lorsque nous aurons un seul État et que nous serons entièrement maîtres de notre destinée ».

« Nous n'accepterons pas une constitution négociée derrière des portes closes. Pas plus que nous n'accepterons d'abandonner notre modèle québécois qui nous aura permis de nous hisser dans le palmarès de tête des nations les plus justes et les plus équitables. Nous n'accepterons pas non plus de disposer de nos joyaux collectifs comme Hydro-Québec pour satisfaire quelques économistes et idéologues néo-libéraux », a-t-il déclaré devant les militants.

Il s'est par la suite adressé aux anglophones, aux Canadiens et aux Nord-américains en général. « Dans le respect de la démocratie et de la loi, nous voulons avoir notre propre pays et pouvoir en profiter. Nous voulons donner les meilleures opportunités possible à notre peuple, et nous voulons vivre heureux et en paix », a-t-il déclamé en anglais.

Notre projet n'est contre personne, ni contre quoi que ce soit, il est pour le peuple du Québec.

Pierre Karl Péladeau

Une victoire prévisible

L'actionnaire de contrôle de Québecor était considéré depuis longtemps comme le grand favori de cette course à la succession de Pauline Marois, qui a été lancée en octobre dernier, six mois après la défaite du parti souverainiste aux élections générales.

Deux aspirants à la direction du Parti, les députés Jean-François Lisée et Bernard Drainville, avaient déjà jeté l'éponge pendant la course en disant que la victoire de Pierre Karl Péladeau était pratiquement acquise. Le militant Pierre Céré avait pour sa part abandonné pour des raisons financières.

Les résultats du vote ont été dévoilés au cours d'un rassemblement organisé au Centre des congrès de Québec.

Les dizaines de milliers de membres du Parti québécois étaient appelés à se prononcer à ce sujet depuis mercredi par téléphone ou par Internet. Le taux de participation a été de 72,9 %.

Notre dossier

L'ex-chef du Parti québécois, Pauline Marois, a salué l'élection nouveau chef. « Je suis très fière d'avoir pu accueillir Pierre Karl Péladeau au sein du Parti québécois. Il a un esprit entrepreneur, il a de l'audace. Il a un amour profond pour notre culture et il portera avec force et dignité notre projet politique », a souligné Mme Marois dans un communiqué.

Québec solidaire considère pour sa part que les membres du Parti québécois ont « clairement indiqué » l'orientation qu'ils souhaitent donner à leur parti : « l'aile plus progressiste du parti a perdu devant un vote qui a privilégié le choix d'un ''sauveur'' », affirment dans un communiqué Françoise David et Andrés Fontecilla, les coporte-parole de Québec solidaire. Or, « aucun sauveur ne donnera la souveraineté au peuple québécois », disent-ils.

Pierre Karl Péladeau fera son entrée comme chef de l'opposition officielle à l'Assemblée nationale mardi. C'est à lui que reviendra dorénavant le privilège d'être le premier à questionner le premier ministre tous les jours.

Le leader parlementaire du gouvernement, Jean-Marc Fournier, a dit craindre, plus tôt cette semaine, les risques de transformation du Parti québécois en « Parti Québecor », advenant une victoire de PKP.

Le nouveau chef du PQ a réaffirmé, après sa victoire, son intention de placer ses actions de Québecor dans une fiducie, mais il n'a pas donné de détails sur l'échéancier pour procéder à cette opération.

Si revivre la soirée sur votre mobile, cliquez ici.

Politique