•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • 21 classes pour élèves en difficultés abolies à la Commission scolaire de Laval?

    Commission scolaire de Laval
    Photo: cslaval.qc.ca
    Radio-Canada

    Selon le Syndicat de l'enseignement de la région de Laval, la Commission scolaire de Laval abolira 21 classes spécialisées pour élèves handicapés et avec difficultés d'apprentissage dès l'automne prochain.

    Un texte de Francis LabbéTwitterCourriel

    « Cette disparition fera en sorte que tous ces enfants vont être intégrés aux classes régulières, ce qui risque de nuire à leur apprentissage et de rendre plus complexe le travail des enseignants », explique le président du syndicat, Guy Bellemarre.

    La présidente de la Commission scolaire de Laval, Louise Lortie, n'était pas disponible en fin de journée pour commenter cette information. Par contre, selon ce que nous avons appris, les enseignants ont été avisés mercredi de l'abolition de ces postes.

    Selon le syndicat, plus d'une centaine d'enfants de Laval seront touchés.

    Louise_LortieLouise Lortie, présidente, Commission scolaire de Laval Photo : Hélène Barzeele

    Québec a changé les règles selon la CSDL

    « Je ne sais pas où le syndicat a pris le chiffre 21, mais nous, on estime à 18 le nombre de classes en moins l'an prochain » a réagi, vendredi, la présidente de la Commission scolaire de Laval, Louise Lortie.

    « Pour 9 d'entre elles, ça s'explique parce que certains élèves graduent au secondaire, d'autres vont retourner en classe régulière par leur réussite » explique la présidente. « Mais surtout, c'est que nos élèves en classe régulière n'auront plus autant besoin de services en classes spécialisées parce qu'ils réussissent. »

    Selon la présidente, les 9 autres classes qui disparaissent sont attribuables à une modification des critères de reconnaissance des enfants admissibles par le ministère de l'Éducation. « Nous, on reconnaît que ces 62 élèves ont besoin de plus d'encadrement, mais pas le ministère. »

    Québec verse des sommes supplémentaires aux commissions scolaires selon le nombre d'enfants qui ont des besoins particuliers. « Ce qui est particulier, c'est que des élèves qui présentent les mêmes difficultés que les nôtres, dans d'autres commissions scolaires, ont été reconnus par Québec. Je ne comprends pas », poursuit Louise Lortie.

    Compressions

    « La Commission scolaire de Laval doit faire face à des compressions de 13 millions de dollars », ajoute Guy Bellemarre. « Ce sont les élèves les plus démunis de la Commission scolaire qui sont les plus affectés. C'est le plus dramatique de cette situation-là. »

    Le syndicat craint que ces compressions n'entraînent la disparition de professionnels spécialisés qui viennent en aide aux élèves en difficultés.

    Société