•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Détail de la couverture de « La Sagouine » d'Antonine Maillet

Détail de la couverture de « La Sagouine » d'Antonine Maillet

Photo : Bibliothèque québécoise

Radio-Canada

Antonine Maillet
Bibliothèque québécoise

La Sagouine est une pièce de théâtre écrite en 1971 mettant en scène une Acadienne de 72 ans, blanchisseuse de métier, fille et femme de pêcheur, qui nous livre avec la langue rare et poétique de son pays ses réflexions sur les hauts et les bas de la vie dans son petit village acadien de Bouctouche. À travers ses monologues souvent comiques, parfois poignants, elle porte un regard avisé sur les gens de son coin de pays. Devenue au fil du temps un véritable symbole de l'identité acadienne, La Sagouine a été adaptée à la télévision de Radio-Canada en 1976 et en 2006. Pour créer ce personnage fascinant, Antonine Maillet, lauréate du prix Goncourt en 1979 pour son roman Pélagie-la-Charette, s'est inspirée de plusieurs femmes de son entourage. Viola Léger, première comédienne à avoir interprété ce personnage, l'a joué plus de 2000 fois en français et en anglais, au Canada, aux États-Unis et en Europe.


EXTRAIT

Ils m'appelont la Sagouine, ouais. Et je pense, ma grand foi, que si ma défunte mère vivait, a'pourrait pus se souvenir de mon nom de baptême, yelle non plus. Pourtant j'en ai un. Ils m'avont portée sus les fonds, moi itou, coume je suis là. J'avais même une porteuse, t'as qu'à ouère, une marraine pis un parrain. Même de la parenté, que mon pére contait. Ondoyée, baptisée, emmaillotée, j'ai passé par tout la sarémonie avant d'aouère les yeux rouverts. C'est pour dire, hein? Je sons tout du monde pareil, à c't âge-là. C'est pus tard que...

Extrait de la pièce de théâtre « La Sagouine », d'Antonine Maillet

« Dans cette langue magnifique et colorée s'exprime une dame pauvre en biens mais riche en sagesse, âgée mais jeune de caractère, timide devant les gens huppés mais extravertie de cœur pour ses semblables. En relisant régulièrement ce livre, je reste ébahi devant l'intemporalité du propos de La Sagouine. Parce que La Sagouine, au fond, n'a pas d'âge, de nationalité, de statut social ou de diplôme. Pas d'Internet mais des nouvelles de toute sa région. Pas de Facebook mais des amis en quantité. Oubliez les coachs de vie, les motivateurs, les vendeurs de positivisme; La Sagouine, c'est le plus bel exemple qu'on ait trouvé pour nous décrire comment vivre le moment présent! Va-t-on passer l'hiver? Aura-t-on du poisson l'été prochain? La Sagouine ne se casse pas la tête avec ça; elle est trop occupée à vivre, au lieu de “jongler” à ce que sera le reste de sa vie. »
Yvon Duguay de Lamèque (Nouveau-Brunswick)

Je suis convaincue que ce bouquin permet aux francophones en régions minoritaires d'y puiser la force de faire valoir leur langue et leur culture [... ] La francophonie partout peut s'inspirer de cette richesse afin de maintenir et de dépasser les objectifs que s'étaient fixés nos aïeux.
Lorraine Julien d'Île-des-Chênes (Manitoba)

Il s'agit de l'ouvrage qui a fait connaître la littérature acadienne et le peuple acadien dans l'ensemble du Canada, mais aussi dans le monde. L'œuvre d'Antonine Maillet est à l'Acadie ce que l'œuvre de Michel Tremblay est au Québec. La Sagouine en est l'incontournable.
Guy Lefrançois de Saint-Basile (Nouveau-Brunswick) 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Livres

Arts