•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de toilettes pour filles pour une jeune transgenre d'Edmonton

Une fillette transgenre d'Edmonton est forcée d'utiliser les toilettes unisexes de son école. Photo: Emily Fitzpatrick/ICI Radio-Canada
Radio-Canada

Le conseil scolaire catholique d'Edmonton suggère fortement à une fillette transgenre de ne pas utiliser les toilettes pour filles de son école.

Rectificatif : Une version précédente de ce texte disait que le conseil scolaire avait interdit à la fillette transgenre d'utiliser les toilettes pour filles alors qu'elle le lui avait suggéré fortement de ne pas le faire.

La transgenre de 7 ans, née garçon, a annoncé à ses parents en septembre dernier qu'elle avait fait un choix clair. « J'ai dit à ma mère que je me sentais comme une fille », confie la fillette, nommée Marie pour protéger son identité.

Dès lors, Marie souhaite utiliser les toilettes pour filles de son école, mais il lui est interdit de le faire. Elle doit plutôt se rendre dans une toilette unisexe, accompagnée d'un autre élève.

Une situation inacceptable selon la mère de Marie qui a déposé une plainte à la Commission des droits de la personne de l'Alberta. Elle a également contacté le directeur de l'école, le directeur du conseil scolaire et même le ministre de l'Éducation sans que sa demande soit entendue.

La mère de Marie explique que les médecins ont diagnostiqué sa fille avec un trouble d'identité sexuelle, la dysphorie sexuelle. « Permettre à un transgenre d'utiliser les toilettes vers lesquelles il s'identifie ne gêne personne », explique-t-elle. « Personne ne peut être affecté par cela, sauf ma fille et sa santé mentale. »

Une alliée au conseil scolaire

La famille de la fillette transgenre a toutefois trouvé une alliée à leur cause. La conseillère scolaire Patricia Grell a critiqué publiquement la décision de l'administration d'interdire l'accès aux toilettes pour filles. « Je ne peux pas rester silencieuse. Je ne veux pas être identifiée à cette décision. » Elle s'inquiète également de l'impact de cette décision sur la santé mentale et le bien-être de la fillette transgenre.

Patricia Grell, une conseillère du conseil scolaire catholique d'Edmonton.Patricia Grell, une conseillère du conseil scolaire catholique d'Edmonton. Photo : Emily Fitzpatrick/ICI Radio-Canada

La Commission des droits de l'homme de l'Ontario a approuvé que les jeunes hockeyeurs transgenres puissent se changer dans les vestiaires de leur choix. Patricia Grell croit que le conseil scolaire catholique d'Edmonton devrait s'inspirer de cette décision.

La mère de Marie affirme que sa fille n'est pas la seule transgenre à Edmonton puisqu'il existe d'autres élèves transgenres dans le système scolaire. « Je ne demande pas à quiconque de comprendre ou d'accepter notre choix de laisser notre fille d'être transgenre. Je leur demande seulement de la respecter et ce n'est pas ce qu'ils font en ce moment. »

Le conseil scolaire catholique d'Edmonton maintient que la toilette unisexe convient très bien aux besoins de l'enfant et qu'il ne fera pas de changement.

Alberta

Droits et libertés