•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police coûte-t-elle trop cher?

Un agent de la police de Châteauguay orborant le chapeau étoilé.

Un agent de la police de Châteauguay orborant le chapeau étoilé.

Photo : Alison Northcott

Radio-Canada

Des maires de la région de Montréal se plaignent du coût des services policiers dans un contexte budgétaire déjà difficile. Par exemple, la Ville de Mercier, en Montérégie, fait face à une hausse de 55 % de la facture pour la police, ce qu'elle refuse.

Un texte de Thomas GerbetTwitterCourriel

Accepteriez-vous de payer 429 $ de plus sur votre compte de taxes pour un service policier identique à l'année précédente? C'est ce que devront assumer les propriétaires d'une maison moyenne de Mercier si la municipalité accepte de régler la facture.

« Je refuse de signer un chèque en blanc », lance la mairesse Lise Michaud. Deux policiers sont présents en tout temps à Mercier et de 10 à 20 agents sont disponibles en cas de problème. Pour cela, la Ville de Châteauguay, qui chapeaute le service, lui réclame 3,9 millions de dollars, au lieu de 1,75 million précédemment.

Il est impensable et inacceptable que la Ville de Mercier consacre 24 % de son budget pour son service policier.

Lise Michaud, mairesse de Mercier

La mairesse de Mercier est en conflit à ce sujet avec la Ville de Châteauguay et la Fraternité des policiers [voir plus bas]. La mairesse de Châteauguay, Nathalie Simon, reconnaît elle-même que « le coût relié aux services policiers est trop cher pour la capacité de payer des municipalités ».

La police coûte 134 millions de dollars par année à la Ville de Québec et 687 millions de dollars à la Ville de Montréal. Dans la métropole, c'est le service public qui coûte le plus cher [13,7 % du budget de Montréal], soit davantage que le transport en commun [10 %], presque deux fois plus cher que les pompiers [7,4 %] et quatre fois plus que le déneigement [3,2 %].

Brossard consacre 15,3 % de son budget aux services policiers. « On a un service de police qui coûte cher », reconnaît le maire de Brossard, Paul Leduc.

Pour consulter le graphique sur la portion du budget consacrée à la police sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre).

Les villes de la Communauté métropolitaine de Montréal dépensent plus qu'ailleurs, car le gouvernement provincial leur impose d'offrir des services de niveau 2, qui incluent par exemple les enquêtes criminelles, l'identification judiciaire ou encore le contrôle de foule. Ailleurs dans la province, le niveau 2 est imposé seulement aux villes de 100 000 habitants et plus.

Si la facture augmente tant pour la petite municipalité de Mercier, c'est que Châteauguay n'avait pas revu le contrat qui les lie depuis une douzaine d'années. Les nouvelles exigences provinciales de service n'étaient donc pas reflétées dans la facture.

On est contraint par la loi d'avoir des services qui autrefois étaient fournis par la Sûreté du Québec et ces choses-là ont un coût.

Nathalie Simon, mairesse de Châteauguay

À qui la faute?

Le président de la Fraternité des policiers de Châteauguay, François Lemay, rappelle que les coûts de la police « viennent avec les obligations que les tribunaux imposent », comme divulguer la preuve en détail. L'éventuel déploiement de caméras portatives sur l'uniforme des policiers pourrait encore faire augmenter la facture.

Vous n'avez pas idée de ce que ça a sur le coût d'un service de police de seulement s'ajuster et d'être à la hauteur de ce que les tribunaux s'attendent de nous.

François Lemay, Fraternité des policiers de Châteauguay

Une étude de l'Institut Fraser publiée en septembre 2014 démontrait que les dépenses pour la police ont augmenté de 45,5 % entre 1986 et 2012 alors que le nombre d'incidents criminels par agent a diminué de 26.3 %.

Les dépenses pour la police (en bleu) ont augmenté alors que le nombre d'incidents (en rouge) a baisséAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les dépenses pour la police (en bleu) ont augmenté alors que le nombre d'incidents (en rouge) a baissé

Photo : Étude de l'Institut Fraser (2014)

Intervention du ministère de la Sécurité publique ?

Pour ne plus avoir à payer autant pour les services de la police, la mairesse de Mercier se dit prête à créer son propre corps de police de proximité, adapté aux besoins de sa municipalité. S'il voit le jour, ce service de police deviendrait le plus petit au Québec.

« S'ils créent leur corps de police, le citoyen va se retrouver avec une facture salée le lendemain matin et ils auront réduit leur capacité d'intervention de 80 % », prévient le président de la Fraternité des policiers de Châteauguay, François Lemay, qui réclame la tenue d'un référendum dans la municipalité de 13 000 habitants. Le ministère de la Sécurité publique du Québec pourrait devoir trancher dans le conflit.

Pour sa part, la mairesse de Châteauguay propose plutôt que des corps de police voisins partagent des services. « Il faut s'unir plutôt que se diviser pour répondre à ce défi-là », croit Nathalie Simon. « Impossible », répond François Lemay. Il donne l'exemple de deux motoneiges que le Service de police de Châteauguay voulait partager avec la Régie de police de Roussillon : « Ça a pris 17 mois pour que le ministère de la Sécurité publique autorise l'entente ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Société