•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Elles ont choisi des « métiers d'hommes »

Radio-Canada

Elles ont bravé tous les préjugés et les railleries de leur entourage, comme de la société. Puis elles ont su gagner le respect dans leur milieu de travail. Col bleu, pompière, menuisière-charpentière, électricienne... Ces professions sont encore quasi inaccessibles à la gent féminine. Comment font celles qui y arrivent? Quatre portraits en sons et en images.

Un reportage de Myriam FimbryTwitterCourriel à Désautels le dimanche

Violette Goulet, menuisière-charpentière

29 ans, avant : préposée aux chambres

« Des piles de draps, c'est extrêmement lourd », alors qu'on ne vienne pas dire à Violette qu'elle n'est pas capable de soulever des planches. Bricoleuse depuis toujours, seule fille dans son cours de menuisière-charpentière, elle a réussi à faire sa place sur l'échafaudage et rénove ici une maison de trois étages.


Diane Tousselle, camionneuse

55 ans, avant : serveuse

Pour Diane Tousselle, dans l'arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie, conduire des véhicules lourds, c'est bien mieux que d'être serveuse à talons hauts. Après 30 ans, elle n'est toujours pas tannée de son travail. Chez les cols bleus, les emplois sont bien payés, avec sécurité d'emploi. Pourquoi seraient-ils réservés aux hommes?


Anick Gélinas, électricienne et pompière

38 ans, avant : assistante dentaire

Son patron a demandé l'avis de tous les gars de la compagnie avant de l'embaucher... pour voir s'ils étaient prêts à l'accepter dans leurs rangs. Les femmes électriciennes sont encore rares. Mais Anick Gélinas n'en est pas à un défi près! Elle exerce, en plus, un autre métier traditionnellement masculin : pompière à temps partiel.


Coralie Lippé rêve de devenir pompière

17 ans, expérience : cirque, soccer et portage de canot

Les joues rougies par la chaleur, mais heureuse, Coralie Lippé vient de participer à une journée d'initiation à la carrière de pompière au Collège Montmorency, à Laval. Des pompières expérimentées étaient sur place pour coacher une soixantaine de jeunes filles. Après cette expérience, Coralie va-t-elle oser avouer son rêve à sa famille et ses amis?


Écoutez le reportage de Myriam Fimbry à l'émission Désautels le dimanche

Les métiers où les femmes sont les moins représentées

Emploi-Québec répertorie 253 professions considérées comme non traditionnelles dans l'ensemble du Québec. Ce sont des emplois majoritairement masculins, qui comportent moins de 33 % de femmes.

De ce nombre, 150 emplois ont moins de 15 % de femmes (ex. : ingénieur en aérospatiale, agent de piste dans le transport aérien, sous-officier des forces canadiennes). Une centaine ont moins de 8 % de femmes.

Les chasses gardées masculines

0 % de femmes

  • Gestionnaires en aquaculture
  • Dynamiteurs
  • Réparateurs de petits moteurs
  • Mécaniciens d'ascenseurs
  • Capitaines et officiers de bateaux de pêche
  • Emplois reliés au forage et à l'extraction de pétrole et de gaz

1 % de femmes

  • Mécaniciens en réfrigération et en climatisation
  • Briqueteurs-maçons
  • Couvreurs et poseurs de bardeaux
  • Électriciens
  • Monteurs de lignes électriques et de câbles
  • Plombiers
  • Charpentiers-menuisiers
  • Mécaniciens et réparateurs de voitures, de camions et d'autobus

2 % de femmes

  • Mécaniciens de chantier, industriels ou d'équipements lourds
  • Techniciens en câblodistribution
  • Plâtriers
  • Grutiers
  • Chefs et officiers supérieurs des services incendie
  • Pompiers
  • Électriciens industriels
  • Conducteurs d'équipement lourd

Source : Emploi Québec

En 2015, existe-t-il encore des métiers que les femmes ne peuvent pas faire? Faites-nous part de vos commentaires ci-dessous.

Société