•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les fous de Bassan

Détail de la couverture des « Fous de Bassan » d'Anne Hébert

Détail de la couverture des « Fous de Bassan » d'Anne Hébert

Photo : Seuil

Radio-Canada

Anne Hébert
Seuil

Dans Griffin Creek, un village fictif du Québec, durant l'été 1936, les cousines Nora et Olivia Atkins sont retrouvées mortes, leurs corps morcelés, échoués sur la grève. Depuis le point de vue de plusieurs habitants du village et à différents moments de l'intrigue, le récit progresse en se promenant entre passé et présent, structuré sous la forme de journaux intimes écrits par les différents personnages, jusqu'à l'aveu final, venant à la fois conclure et épaissir le mystère. L'histoire dominée par un certain suspense est une critique acerbe des mœurs et de l'inceste dans un village presque hors du monde où règne la loi du silence et du secret. Même si Les fous de Bassan se lit comme un roman policier, la présence obsédante des éléments de la nature, les diverses couches de sens et la dimension mythique de l'histoire l'élèvent au rang des grandes œuvres symboliques et énigmatiques. Le roman remporte le prix Femina en 1982 et il est adapté au cinéma en 1987, dans une réalisation d'Yves Simoneau.


EXTRAIT

Être quelqu'un d'autre. Ne plus être Stevens Brown, fils de John Brown et Bea Jones. Il n'est peut-être pas trop tard pour changer de peau définitivement, de haut en bas et de long en large. M'abandonner moi-même sur le bord de la route, vieille défroque jetée dans le fossé, l'âme fraîche qui mue au soleil et recommence à zéro. Ne pas laisser la suite de mon histoire à Griffin Creek se dérouler jusqu'au bout. Fuir avant que... Une telle excitation dans tout mon corps, une rage inexplicable.

Extrait du roman « Les fous de Bassan » d'Anne Hébert

« L'écriture, la poésie, l'intensité, l'idée. »
Mireille Gagné de Québec (Québec)

« C'est un roman captivant dont l'histoire nous est dévoilée par le récit qu'en font cinq personnages, chacun à leur façon, ce qui est très original et spécial. Ce roman aux allures d'un récit policier raconte l'histoire d'un drame vécu par des personnages singuliers dont la psychologie particulière est fascinante et troublante à découvrir. La poésie est aussi au rendez-vous, comme dans tous les écrits d'Anne Hébert. C'est un roman troublant qui continue de nous habiter longtemps après avoir lu la dernière page. »
Marie-Christine Chevrette de Saint-Ignace-de-Loyola (Québec)

« L'émotion ressentie à la lecture; le vent qui est un personnage; l'intrigue. »
Claude Richard de Lévis (Québec)

« L'écriture d'Anne Hébert est poétique, intense, parfois saccadée. Il y a une musique dans son roman, celle du vent, qui s'entend à travers les mots. La trame narrative est forte, chargée, dure et belle à la fois. Les personnages viennent se coller à notre âme, certains avec douceur, d'autres avec violence. Un incontournable de la littérature québécoise, une œuvre unique et vibrante. L'œuvre d'une grande écrivaine. »
Fanny Blanchet de Courtenay South (Colombie-Britannique)

« Anne Hébert est une figure de proue de la littérature féminine au Québec et Les fous de Bassan est une œuvre magistrale qui ne laisse personne indifférent. »
Gabrielle Poulin de Québec (Québec)

Livres

Arts