•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
La couverture de « La fiancée américaine » d'Éric Dupont

La couverture de « La fiancée américaine » d'Éric Dupont

Photo : Marchand de feuilles

Radio-Canada

Éric Dupont
Marchand de feuilles

Fresque magistrale autour de la famille Lamontagne du Bas-du-Fleuve, La fiancée américaine est un roman imposant qui s'étend sur cinq générations, soit une centaine d'années. S'y entrelacent les histoires de Madeleine, la matriarche qui fait venir des États-Unis une fiancée pour son fils Louis, dit le Cheval, qui sera homme fort aux États-Unis, de sa fille fuyant à New York pour se faire avorter, ou encore de Michel qui deviendra ténor en Italie ou de son frère Gabriel, exilé à Berlin où il se lie d'amitié avec une vieille Allemande qui aurait d'étranges liens avec la famille. Grand voyage épique à travers l'histoire du 20e siècle, porté par un imaginaire foisonnant et un humour jouissif, La fiancée américaine a connu un immense succès, s'est vendu à 60 000 exemplaires et a reçu le Prix des libraires et le Prix des collégiens en 2013.


EXTRAIT

Quelques années avant d'être forcée par sa mère à monter dans un autobus pour New York en plein blizzard de décembre, Madeleine Lamontagne avait été une petite fille qui aimait par-dessus tout les lapins de Pâques, les sapins de Noël et les histoires de Louis Lamontagne, son papa. Rien qui ne sortît de l'ordinaire. Tout le monde aimait entendre les histoires du Cheval Lamontagne. Avant la télévision, ses histoires étaient ce qu'il y avait de mieux pour passer le temps à Rivière-du-Loup. C'est la télé qui a tué le Cheval, pas le moteur à explosion. C'est ce que les buveurs de Rivière-du-Loup vous confirmeront. Ils vous diront aussi, et il faut les croire, que les histoires des hommes, d'où qu'ils soient, ne trouvent jamais oreille plus attentive que celle de leur fille, surtout si cette dernière est l'aînée et occupe de fait une place privilégiée dans le cœur de son père. De sorte que jamais le Cheval Lamontagne – ou Papa Louis, comme aimaient l'appeler les enfants de Rivière-du-Loup – n'eut public plus attentif à ses paroles que sa petite Madeleine, assise sur le sofa du salon funéraire de son père, sur la rue Saint-François-Xavier, paroisse du même nom, à Rivière-du-Loup, province de Québec.

Extrait de « La fiancée américaine » d'Éric Dupont

« Parce que sans renier l'héritage des Aquin, Ducharme, Ferron, Roy, Hébert et compagnie, je crois qu'il est important de reconnaître que dans le Québec d'aujourd'hui, il existe des auteurs qui marqueront notre histoire, tant par leur vision du passé que par leur ancrage dans la modernité. Si les premiers chapitres de La fiancée américaine nous donnent envie de lire le roman à haute voix, tant ils sont empreints de cette oralité qui caractérisait autrefois notre littérature, les chapitres suivants sont tissés d'un fil narratif complexe et mené de main de maître, qui ne recule devant rien pour nous tenir en haleine et nous faire voyager (dans le temps, dans le monde et dans les différents styles littéraires!). La prose est parfois poétique, parfois mordante, mais toujours efficace, unique et intelligente. Voilà à mon humble avis un nouvel incontournable que tout Québécois, toutes origines confondues, devrait lire pour mieux connaître et comprendre la société qui est la sienne. »
Geneviève Benoît de Napierville (Québec)

« Merveilleux mélange de fantastique, de personnages truculents, dans un style unique. »
Maurice Dupras de Drummondville (Québec)

« Pour les personnages truculents, l'épopée historique qui s'étend sur un siècle au Québec, l'humour, les destins qui transcendent les générations... Le plaisir! »
Manon Poulin de Montmagny (Québec)

« Un souffle romanesque sans égal. Un humour fin et une culture étoffée. Quelque chose de John Irving. Des personnages plus grands que nature. Un cours d'histoire et d'humanisme. Un soupçon de féerie. Le grand roman de la dernière décennie. »
Cassandre Choquette-Sauvageau de Verdun (Québec)

« Trois livres en un : une légende, un roman historique québécois, un livre sur la guerre. Un récit fort avec juste ce qu'il faut de fantaisie. Du gros bonheur pendant beaucoup de pages. »
Josiane Carle de Montréal (Québec)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Livres

Arts