•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mise sur pied d'un registre québécois sur l'utilisation de cannabis médical

De la marijuana dans un pot de médicament à côté d'autres pots de pilules.
Marijuana thérapeutique Photo: iStock
Radio-Canada

Le Québec disposera désormais d'une banque de données de recherche sur l'utilisation du cannabis séché à des fins médicales qui pourra servir aux médecins et aux chercheurs d'ici et de l'étranger.

La mise en place du registre sera la responsabilité de l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM) et du Consortium canadien pour l'investigation des cannabinoïdes.

L'an dernier, le Collège des médecins avait réclamé la création d'une telle banque de données afin de mieux gérer l'utilisation du cannabis et assurer la sécurité des patients. Depuis le 1er avril 2014, un nouveau règlement fédéral exige que le patient obtienne une ordonnance du médecin pour avoir accès au cannabis séché à des fins médicales. Le cannabis est prescrit dans un « cadre de recherche » uniquement et ne constitue pas un traitement reconnu par la profession médicale, rappelle le CUSM.

Manque de données

Les médecins et les chercheurs manquent de données actuellement sur l'innocuité et l'efficacité de la marijuana. « Nous avons besoin de cette base de données afin d'anticiper et d'aider à développer les questionnements futurs sur l'efficacité du cannabis médical c'est-à-dire qui en consomme, pour quelles raisons, par quel moyen, et à quelles doses », affirme le chercheur principal du projet au CUSM, le Dr Mark Ware, dans un communiqué.

La collecte de données se fera auprès d'établissements et de cliniques partout au Québec. Chaque participant au projet de recherche fournira des données sur une durée de quatre ans à compter du recrutement.

Les médecins qui souhaitent permettre la consommation de cannabis à leurs patients adultes pourront inscrire les participants au registre. L'anonymat des participants au projet sera préservé, assure le Dr Ware.

Le projet doit s'étendre sur une durée totale de dix ans. Les chercheurs prévoient que la banque de données sera mise à disposition de la communauté scientifique internationale.

Selon les instigateurs du projet, il s'agit de la première banque de données de recherche sur l'utilisation du cannabis séché à des fins médicales.

Le Collège des médecins se réjouit de la création de cet outil, comme il l'avait réclamé. Le Collège souligne que le registre centralise des informations médicales jamais recensées jusqu'à présent sur l'ensemble d'un territoire et qu'il est accessible à tous les médecins et patients du Québec. Il permettra aux médecins de mieux identifier les indications, les produits et les dosages ainsi que les effets bénéfiques et secondaires du cannabis médical.

Santé Canada estime que plus de 40 000 Canadiens consomment légalement de la marijuana à des fins médicales, pour soulager leurs symptômes associés à des maladies comme la sclérose en plaques, le VIH, le cancer, ou encore l'épilepsie.

Le registre est financé en partie par le Collège des médecins et trois producteurs de cannabis destiné à l'usage médical, soit Bedrocan Canada, Mettrum Health et Tweed Marijuana.

Santé