•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les infirmières praticiennes peinent toujours à percer au N.-B.

Linda Arseneault

L'infirmière praticienne Linda Arseneault avec une patiente.

Photo : Michel Nogue/Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'annonce de l'embauche de quatre nouvelles infirmières praticiennes au Nouveau-Brunswick va contribuer à retenir celles qui sont formées dans la province, selon le milieu infirmier.

Fredericton vient d'annoncer que quatre nouvelles infirmières praticiennes seront embauchées pour aider à diminuer les listes de patients qui n'ont pas de médecin de famille. Trois d'entre elles travailleront dans des cliniques à Fredericton et une autre à Saint-Jean.

Selon le Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, des infirmières praticiennes formées continuent de quitter la province pour pratiquer ailleurs, faute de débouchés. « Nous en comptons une vingtaine, en ce moment, qui n'ont pas de travail. Et elles partent [...] Elles étaient retournées sur les bancs d'école pour devenir des infirmières praticiennes et elles veulent mettre leurs nouvelles connaissances à profit », explique Marilyn Quinn, présidente du Syndicat.

Linda Silas, présidente de la Fédération canadienne des syndicats d'infirmières et d'infirmiers, abonde dans le même sens. Il est urgent, selon elle, de faire une plus grande place aux praticiennes parce qu'elles permettent d'améliorer l'accès aux soins.

« Quand on regarde le manque d'accès aux soins primaires au N.-B. et dans les autres provinces, et aussi quand on regarde la sécurité des soins aux patients, il faut vraiment rétablir cette situation-là. C'est un maillon très important parce que c'est un lien entre les soins aigus et un patient, un citoyen en santé. »

Les infirmières praticiennes peuvent poser des diagnostics, administrer des traitements, prescrire certains médicaments et prévenir des maladies en faisant la promotion de modes de vie sains.

Véronique Landry, infirmière praticienne et chargée d'enseignement clinique, croit que la récente annonce du gouvernement va dans la bonne direction. « Il semble y avoir un vent de changement depuis quelques semaines. On entend des annonces, c'est des bonnes annonces, c'est de bon augure pour le système de santé. »

Il y a toutefois bien du rattrapage à faire, dit-elle. Le Nouveau-Brunswick compte actuellement une centaine d'infirmières praticiennes, dont la majoriité oeuvre au réseau Horizon. Il ne faut pas voir dans cette disparité une quelconque discrimination, précise-t-elle. Le réseau Horizon mise depuis plus longtemps sur la profession d'infirmières praticiennes. Il est donc normal, selon Mme Landry, que ses efforts d'intégration de cette nouvelle classe d'infirmières dans le système de santé aient eu plus de succès.

D'après les informations d'Émilie Vallières

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie