•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Controverse entourant le nouveau centre de santé mentale à Campbellton

Samuel Piette n'est pas chaud à l'idée de la création d'une Super Ligue européenne

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2015 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La construction à Campbellton, dans le nord du Nouveau-Brunswick, d'un nouveau centre en santé mentale pour jeunes sème la controverse.

En entrevue au Téléjournal Acadie en fin de semaine, l'ex-ombudsman de la province et coprésident d'un groupe de travail sur l'aménagement d'un centre d'excellence sur la santé mentale, Bernard Richard s'insurge de la décision du gouvernement.

sante-mentale-campbelltonAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le site où sera construit le nouveau centre de santé mentale à Campbellton

Photo : Amélie Gosselin, Radio-Canada Acadie

Voilà que la coauteure du rapport sur un centre d'excellence pour les enfants et les jeunes à besoins complexes, et parent d'un enfant autiste, Shirley Smallwood, critique aussi ce choix.

« Ce n'est pas le lieu qui est problématique ou la région, c'est tout simplement que la ville de Campbellton n'a pas une expertise en psycho pédiatrie », affirme Shirley Smallwood.

Elle ajoute qu'elle et Bernard Richard ont coprésidé une session de consultation exhaustive pour déterminer, entre autres, l'endroit idéal pour établir le centre d'excellence.

Pour porter son titre de centre d'excellence, celui-ci doit être rattaché à un centre universitaire. Je pense qu'on manque le bateau. Il y a une grande expertise en psychiatrie à Campbellton, je leur lève mon chapeau... mais pas en pédiatrie pour les jeunes à besoins complexes.

Une citation de :Shirley Smallwood, co-auteure d'un rapport sur la création d'un centre d'excellence en santé mentale pour le jeunes

Mandat du gouvernement

Le rapport a été commandé en juillet 2010, sous le gouvernement libéral de Shawn Graham et publié en mars 2011 alors que c'est le gouvernement conservateur de David Alward qui était en poste.

Shirley Smallwood et Bernard Richard ont agi, peut-on lire dans un communiqué du gouvernement, à titre de coprésidents du groupe de travail responsable du rapport, à la demande des ministères de la Santé, de l'Éducation, de la Sécurité publique et du Développement social, afin de déterminer la meilleure façon de procéder pour créer un centre d'excellence pour les enfants et les jeunes à besoins complexes.

Le nouvel établissement de 15 lits sera adjacent au Centre hospitalier Restigouche, à Campbellton. Il offrira des traitements sur place et des services dans d'autres collectivités de la province.

Bernard RichardAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Bernard Richard, ex-ombudsman du Nouveau-Brunswick

Photo : Antoine Trépanier/Radio-Canada

Bernard Richard, président de Xchange/Échange N.-B., un réseau provincial des intervenants en santé mentale adolescente, estime que la décision de réaliser le projet à côté du Centre hospitalier Restigouche - qui offre des services de santé mentale - va stigmatiser davantage les jeunes patients. Il aurait souhaité que ce centre voie le jour à Moncton. Il dénonce aussi le fait qu'il n'a pas été consulté dans ce dossier.

Le ministre de la Santé Victor Boudreau a répondu aux critiques de Bernard Richard, qui a aussi été ombudsman au Nouveau-Brunswick.

Je ne suis pas expert en santé mentale, et c'est vrai qu'il y a des gens qui militaient pour Moncton et d'autres pour Campbellton. J'en ai parlé à Bernard Richard à plusieurs reprises et de dire qu'il n'a pas été consulté, je trouve que ce n'est pas tout à fait juste.

Une citation de :Victor Boudreau, ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick

« C'est vraiment pour les cas les plus complexes. L'idée, c'est de construire un centre d'excellence en santé mentale pour les jeunes de 15 lits, dans un espace d'environ 25 000 pieds carrés. À l'heure actuelle, nous devons envoyer nos jeunes à l'extérieur de la province. L'idée a Campbellton, c'est de créer un plus grand centre d'excellence en santé mentale », rétorque le ministre de la Santé.

« C'est un gain pour les gens du Nord aussi. Ce sont eux qui se déplaçaient auparavant aux trois centres urbains. Comme nous avions déjà une certaine expertise à Campbellton, c'est là que nous avons choisi de créer ce genre de campus en santé mentale », rajoute M. Boudreau. 

Campbellton réplique

Le reportage de Serge Bouchard.

Les propos de Bernard Richard contre l'établissement à Campbellton d'un centre de traitement de la santé mentale pour les jeunes font beaucoup réagir dans cette ville.

Le ministre de l'Énergie et des Mines et député de Campbellton-Dalhousie, Donald Arseneault, a mal digéré les propos de l'ancien ombudsman et politicien néo-brunswickois.

« J'aimerais voir Bernard Richard avoir beaucoup plus de respect pour la région du Restigouche, la région de Campbellton et de l'expertise qu'on a développés au fil des années dans le secteur de la santé mentale », a-t-il déclaré.

Je pense que c'est une claque dans la face, un manque de respect total envers les professionnels qui travaillent ici.

Une citation de :Donald Arseneault, ministre de l'Énergie et des Mines et député de Campbellton-Dalhousie.

Le maire de Campbellton a été prompt à réagir aux propos de Bernard Richard.

« C'est dommage que les gens pensent que nous ne devrions rien avoir dans le nord de la province », affirme Bruce MacIntosh.

Bruce MacIntosh croit que l'expertise déjà en place au Centre hospitalier Restigouche sera d'un grand recours pour ce nouveau centre.

Il accuse Bernard Richard de manquer de respect pour le nord de la province depuis ses jours comme ministre sous le gouvernement libéral de Frank McKenna.

« Il n'avait pas plus de respect pour le nord du Nouveau-Brunswick lorsqu'il était au gouvernement qu'il n'en a présentement », a-t-il tranché.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie