•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'aéroport de Saint-Hubert voit grand

Aéroport de Saint-Hubert Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

L'aéroport de Saint-Hubert, qui a été le premier aéroport de Montréal, a de grandes ambitions et veut devenir un important pôle du transport régional dans les prochaines années. Surtout connu pour ses écoles de pilotage, l'aéroport veut renforcer sa vocation commerciale et son achalandage au grand mécontentement des résidents du quartier.

Un texte de Michel MarsolaisTwitterCourriel

L'aéroport de Saint-Hubert a été visé ces dernières années par plusieurs recours en justice de la part de résidents du quartier, mécontents du niveau de bruit généré par les atterrissages et décollages incessants des écoles de pilotage.

Ces recours étant presque tous réglés, on s'apprête à mettre de l'avant un projet de développement de 40 millions de dollars qui pourrait en faire une plaque tournante importante du transport régional à l'exemple de l'aéroport Billy Bishop près du centre-ville de Toronto.

« L'aéroport présentement est vraiment à un axe où il va pouvoir atteindre son plein développement d'ici 3 à 5 ans. Cela pourrait représenter 150 vols par semaine additionnels par rapport à ce qu'on a aujourd'hui », explique Jacques Spencer, président du conseil de DASH-L (Développement de l'Aéroport Saint- Hubert de Longueuil ), l'organisme qui gère l'aéroport depuis 2004.

Le gouvernement fédéral a déjà annoncé en mars un investissement de 17 millions de dollars pour rénover les pistes. DASH-L doit encore trouver 23 millions pour compléter le projet, qui comprend un terminal et une caserne de pompier.

« Il va falloir absolument qu'on construise une aérogare pour attirer des transporteurs », ajoute Jacques Spencer.

Un levier économique

La Ville de Longueuil est prête à assumer cette facture car elle veut municipaliser l'aéroport pour en devenir l'unique propriétaire. Elle croit pouvoir en faire un important levier de développement économique. Mais la municipalité attend toujours l'approbation de Québec pour procéder.

Le gouvernement québécois insiste pour que le dernier recours collectif soit réglé pour faire avancer le dossier. Selon Jacques Spencer, il est sur le point de l'être.

« Si le gouvernement fédéral vient endosser cet aéroport, si les partenaires d'affaires viennent endosser cet aéroport, si tous les recours judiciaires sont réglés, je ne vois pas comment le gouvernement du Québec ne pourrait pas donner son appui ultime pour la municipalisation », estime la mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire,

Résidents excédés

Mais pour les résidents du quartier, qui voient des centaines de mouvements d'avions au-dessus de leur tête chaque jour, ce développement ne vient qu'aggraver la situation actuelle.

« Que ce soit un ajout de 20, que ce soit un ajout de 200, le volume est déjà au maximum et le seuil de tolérance est déjà atteint. Il ne faut pas oublier aussi que cet aéroport-là, il est ouvert 24 heures sur 24, sept jours par semaine », déplore Johanne Domingue, une résidente de Saint-Hubert.

Des avions-taxi décollent en effet à toutes heures du jour et certains vols réguliers comme ceux du transporteur Pascan décollent avant l'aube. Les résidents souhaiteraient au moins que l'aéroport limite les heures d'utilisation.

Ces derniers se demandent aussi en quoi la municipalisation de l'aéroport améliorera les choses pour eux.

Société