•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quel serait l'impact d'une éventuelle taxe sur le « prêt-à-camper » dans la région?

Depuis un an, le camping Kanasuta, près de Rouyn-Noranda, offre des formules prêt-à-camper

Depuis un an, le camping Kanasuta, près de Rouyn-Noranda, offre des formules prêt-à-camper

Photo : Site web : Camping Kanasuta

Radio-Canada

Les vacanciers qui choisissent la formule prêt-à-camper pourraient devoir s'acquitter d'une taxe sur l'hébergement. Le nouveau plan d'affaires pour l'industrie touristique que le ministère du Tourisme est en train de préparer pourrait inclure cette taxe, selon l'Association de camping et de caravaning et Camping Québec. En Abitibi-Témiscamingue, si certains voient d'un mauvais oeil l'arrivée de cette nouvelle taxe, d'autres croient que son effet sera minime.

Avec les informations de Boualem HadjoutiTwitterCourriel

Depuis un an, le camping Kanasuta, près de Rouyn-Noranda, offre des formules prêt-à-camper. Les tentes et les cabines sont prisées par les campeurs, selon son président, Denis Roy. « Il semble y avoir de la demande pour ça le prêt-à-camper. Ce que je vois, c'est quand même une quarantaine de réservations de [réservées déjà]. Ce n'est pas mauvais pour commencer la saison », évalue-t-il.

Denis Roy craint que Québec impose une taxe spécifique sur l'hébergement qui toucherait la formule du prêt-à-camper. « Ce qui est malheureux dans ça c'est qu'en bout de ligne, c'est toujours le consommateur qui écope, c'est ce qui est triste », poursuit Denis Roy. 

Les yourtes pourraient aussi être soumises à la taxe sur l'hébergementAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une yourte située près du lac Taylor, dans le parc de la Gatineau, en été

Photo : Commission de la capitale nationale

Impact minime selon TAT

La directrice générale de Tourisme Abitibi-Témiscamingue croit pour sa part que l'impact de la nouvelle taxe serait minime dans la région. Selon Randa Napky, il y a très peu de sites qui mettent de l'avant le prêt-à-camper. « Chez nous, on n'a pas beaucoup de prêt-à-camper. On en a très, très peu, on peut les compter sur les doigts des deux mains », illustre Randa Napky.

Pour sa part, le directeur général de la Fédération québécoise de camping et de caravaning soutient que les campeurs ne devraient pas payer de nouvelles taxes. « Les campeurs représentent une manne importante au niveau touristique dans les régions, si on commence à surcharger encore une fois avec une nouvelle taxe, c'est un loisir qui va commencer à être dispendieux », soutient André Rivest.

Camping Québec n'est pas opposé à cette mesure.

Le ministère du Tourisme n'a pas encore confirmé l'imposition d'une telle taxe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Société