•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Patrick Brown élu chef du Parti progressiste-conservateur de l’Ontario

Le nouveau chef du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada

Nouveau venu sur la scène politique provinciale et député fédéral de Barrie, Patrick Brown a été élu chef du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario.

Les quelque 76 000 membres de la formation étaient appelés à voter cette semaine, et les résultats du scrutin ont été dévoilés en milieu de journée à Toronto. Au cours de l'annonce des résultats circonscription par circonscription, Patrick Brown a rapidement pris une avance sur son adversaire, Christine Elliott, qu'il a conservée jusqu'au bout.

C'est un beau jour pour le Parti progressiste-conservateur de l'Ontario.

Patrick Brown

« Nous avons terminé une campagne rigoureuse. À la différence d'autres partis, nous ne consacrons pas nos chefs. Nous les testons et ça a été un long test », a dit Patrick Brown dans un discours après sa victoire.

Le Nord et les francophones

Patrick Brown s'est adressé à ses partisans en disant qu'il y a une raison pour laquelle il s'est rendu quatre fois dans le nord de l'Ontario. « Le Nord ontarien compte. Nous serons présents. Nous serons actifs. Nous bâtirons une politique conçue par les résidents du Nord »,a -t-il affirmé.

Patrick Brown a aussi dit quelques mots en français, en promettant aux francophones de travailler avec eux. « Je sais que l'éducation en français et les services de santé en français comme l'Hôpital Montfort sont importants pour vous », a-t-il affirmé.

Entrevue avec Patrick Brown

L'économie et l'énergie

Le nouveau chef conservateur a aussi affirmé que les Ontariens méritent mieux que le gouvernement libéral actuel. Il veut faciliter les investissements dans la province.

Patrick Brown dit avoir parlé avec des chefs d'entreprises qui ont choisi de s'agrandir aux États-Unis plutôt que localement parce que l'énergie est trop chère en Ontario. Il veut donc rendre l'énergie plus abordable.

Ses autres priorités incluent l'amélioration des routes, et la construction de transports sûrs et rapides.

Patrick Brown a aussi promis de créer un système éducatif qui prépare les élèves pour des emplois disponibles dans le cadre économique actuel. « Il y a des emplois qui existent dans cette province », a-t-il dit.

Patrick Brown, qui est célibataire, a été élu au conseil municipal de Barrie alors qu'il étudiait encore à l'université et a remporté un siège à la Chambre des Communes en 2006 sous la bannière conservatrice.

Patrick Brown n'a pas de siège à l'Assemblée législative de l'Ontario et était soutenu par seulement cinq membres du caucus du Parti.

Pendant la campagne, Patrick Brown a attaqué l'« establishment » du Parti qui, selon lui, a causé les quatre défaites consécutives.

Mme Elliott, 60 ans, veuve de l'ancien ministre fédéral des Finances Jim Flaherty avait terminé en troisième place lors de la course à la chefferie de 2009, remportée par Tim Hudak.

Les forces en présence à Queen's ParkAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les forces en présence à Queen's Park

Réactions libérales et néo-démocrates

La chef libérale et première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, a félicité sur Twitter Patrick Brown pour son élection et Christine Elliott pour s'être bien battue.

Dans un communiqué, la chef du Nouveau Parti démocratique de l'Ontario, Andrea Horwath a, elle aussi, félicité Patrick Brown.

Elle a ajouté que « pendant que Patrick Brown prend le temps de se trouver un siège à l'Assemblée législative et pendant que ses aptitudes de chef restent à prouver, les néo-démocrates de l'Ontario continueront de représenter la seule réelle opposition au programme sans vision des libéraux de Kathleen Wynne ».

Le processus

Les dirigeants du Parti disent que 76 587 membres ont pu voter au cours des deux jours de scrutin.

Si chaque membre du Parti avait un vote, le règlement de cette course à la direction donnait le même poids à chacune des 107 circonscriptions de la province. Chaque circonscription disposait d'un total de 100 points.

Pour gagner, un candidat devait obtenir au moins 5292 points.

La course à direction du Parti progressiste-conservateur a été déclenchée lorsque l'ex-chef, Tim Hudak, a démissionné après une défaite aux dernières élections provinciales, au mois de juin 2014. Jim Wilson a assuré l'intérim à la tête du Parti.

Les conservateurs n'ont pas remporté d'élection en Ontario depuis 1999.

Cliquez ici pour suivre la couverture de nos journalistes sur un appareil mobile. (Nouvelle fenêtre)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario

Politique