•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle manifestation des préposés aux bénéficiaires du CISSSO

Des manifestants devant l'Hôpital de Hull.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les préposés aux bénéficiaires du Centre intégré de la santé et des services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) continuent de dénoncer l'abolition de 24 postes aux hôpitaux de Hull et de Gatineau. Ils ont tenu une autre manifestation aujourd'hui pour faire part de leurs inquiétudes.

Les employés syndiqués soutiennent que la suppression des 24 postes de préposés aux bénéficiaires, 12 à temps complet et 12 à temps partiel, toucheront directement les services aux patients.

« Ils devraient couper ailleurs, pas dans le domaine de la santé. C'est vraiment trop important. On a besoin d'être [...] à deux préposés par jour.[Sinon] on n'y arrivera jamais », martèle Caroline Vaudré, qui est préposée aux bénéficiaires.

Déjà, on travaille avec un personnel réduit et ils veulent abolir des postes. Qu'est-ce qui va arriver? Il y en a qui vont perdre les postes.

Kallas Bongono, préposé aux bénéficiaires

Plus tôt cette semaine la direction du CISSSO a indiqué que les préposés aux bénéficiaires sont visés par une réorganisation du travail. Cette dernière touchera les unités de médecine et de chirurgie, dès le mois de juin.

Des craintes concernant d'autres abolitions

Les responsables de l'organisme ajoutent qu'il est prématuré de confirmer le nombre de postes qui seront abolis, ce qui provoque l'incompréhension du syndicat.

« Je peux vous assurer que le syndicat a eu une liste, qui confirme l'abolition de 24 postes. Je ne comprends pas que nos dirigeants disent le contraire à cette heure-ci », s'insurge la présidente du Syndicat des travailleurs et des travailleuses de la santé de Gatineau, Josée McMillan.

Les syndicats craignent maintenant que les compressions, qui touchent les hôpitaux de Hull et de Gatineau, ne soient que le début d'une longue série.

« Quand les compressions vont arriver dans les autres établissements, ce sera combien de postes de préposés aux bénéficiaires pour tous les nouveaux établissements? », s'interroge le président du Conseil central des syndicats nationaux de l'Outaouais (CSN), Michel Quijada.

Les syndicats promettent de riposter et parlent même de déclencher des mouvements de grèves à l'automne. En attendant, ils invitent le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, à venir les rencontrer pour qu'il leur explique comment il entend tenir sa promesse de ne pas toucher aux services aux patients.

D'après des informations de Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Santé